GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Les revenants : Amadou Bâ, Aly Ngouille Ndiaye, Khalifa Ababacar Sall, Karim Meïssa Wade. Par l’eau et le feu Pathé MBODJE

Le feu a permis à certains revenants de se manifester, alors de Khalifa Sall pataugeait dans l’eau des inondations pour marquer son retour

Khalifa Ababacar Sall sauvé de la noyade avec les inondations de Keur Massar et Amadou Bâ et Aly Ngouille Ndiaye principalement qui tirent le marron du feu de mars sont revenus au-devant de la scène après une brève éclipse. Macky Sall pourrait-il bien les utiliser pour 2024 en jouant sur les deux tableaux des K et des retours en grâce ?

Khalifa Sall, Amadou Ba, Aly Ngouille Ndiaye, les revenants

A peine sorti d’un entretien avec le chef de l’État qui l’a consulté avec les événements du début mars (Dakaractu), Aly Ngouille Ndiaye se précipite à Linguère pour y organiser le 17 mars un grand Forum sur l’emploi des jeunes, autour du thème spécifique de « L’auto-emploi et entrepreneuriat : quels projets pour relever le défi du chômage au Djoloff ?».

Aux nombreux jeunes venus déposer leur espoir sous forme d’idées écrites, Aly Ngouille Ndiaye a promis une oreille attentive, un encadrement et un accompagnement, de quoi entretenir l’espoir marron de l’Alliance pour la République dont le chef venait justement, dans le douloureux feu de l’action qui a coûté la vie à une douzaine de jeunes, de promettre la lune aux jeunes sans occupation ; la réponse non représentative de l’un d’entre eux : « Je vais me souler de milliards, ça soulage ».

Pendant que la presse post-Toussaint se posait la question de son emploi du temps, il répondait, sourire en coin : « Laissez le silence leur répondre ». En fait, Aly Ngouille Ndiaye était dans son rôle politique ; il animait en effet un mouvement sur les réalisations de Macky Sall (« Xippil Xoll Lifi Macky Def ») ; l’affiche visible sur sa porte d’entrée dans sa ferme sylvo-agricole de Kilim, à près de 10 kilomètres de Linguère, insiste en particulier sur le Ter, avec les photos de Macky Sall et du maire de Linguère en avant-plan.

Le maire de Linguère est un pion important sur l’échiquier politique : réfléchir sur les niches porteuses d’emploi pour les jeunes, c’est verser dans l’élégance pour Aly Ngouille Ndiaye ; toute sa vie professionnelle a été consacrée au développement de la personne humaine, de son poste de chargé du crédit, à la Banque de l’Habitat, à son occupation de toujours, agriculteur, aviculteur, éleveur, horticulteur et pisciculteur, entre autres activités. Ceux qui vivent directement de ses activités sont plus diversifiées dans le temps et l’espace sénégalais. C’est la pédagogie de l’exemple que d’être et de faire être agriculteur, aviculteur, éleveur, horticulteur, pisciculteur, mécanicien, spécialiste du froid et mareyeur, etc…

La rumeur l’attend au palais, auprès du président de la République.

Quant à lui, Mister tweet amaigri mais toujours sur pied rend visite aux familles des victimes aux Parcelles assainies pour s’incliner devant la mémoire des disparus.

Le coordonnateur de l’Apr et responsable politique au niveau de la commune des Parcelles Assainies a su maintenir le moral des troupes qui n’ont pas versé dans les manifestations post-remaniement.

Avant cela, silence, mystère et boule de gomme : le seul crédo restait les réseaux sociaux où il s’activait pour manifester sa compassion à un Sénégal plus souvent touché par le deuil, en ces moments de pandémie à la Covid-19.

Le feu a donc permis un retour au-devant la scène, alors que, silencieux lui aussi jusque-là, Khalifa Ababacar Sall pataugeait dans les eaux pluviales qui avaient envahi son Grand-Yoff ; il était très silencieux jusqu’aux inondations. Certaines sources préconisaient même l’alternative Barthélémy Diaz qui était au four et moulin. La visite de Khalifa à Grand-Yoff a semblé un nouveau départ et, depuis, visible il est.

%d blogueurs aiment cette page :