GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Les bouts d’chou de la musique: devenir stars, pour elles, c’est bien possible Par Sadany SOW

Elles sont quatre, avec une passion commune et des caractères différents.

Le milieu musical a accueilli le « Mirado ». C’est le nom d’un groupe de quatre filles, toutes presque du même âge (douze et treize ans). Coquines, studieuses, talentueuses et très osées, ces chanteuses en herbe nous apprennent beaucoup d’elles.

Petites, mais elles voient grand

De leurs vrais prénoms : Maimouna Fall Ndiaye, Mame Marème Amougou, Oumy Seydi et Fatou Senghor, elles partagent la même école, aux Parcelles assainies d’où elles habitent. Le 07 mars 2020 marque la date de la première fois où elles ont tiré sur les cordes de leurs voix. C’était à leur école, lors d’une fête qu’elles avaient rendue belle, en interprétant une chanson intitulé « Femme… » À croire qu’elles ont eu la complicité de leurs mamans.

De cette fête scolaire est née l’idée de créer le groupe « Mirado » (formé à partir de leurs initiales). « C’est de là qu’a débuté notre carrière musicale, après avoir galéré à obtenir la permission de nos parents », explique Fatou Senghor, la teint clair.

Très matures à leur âge, elles sont prêtes à prudemment tirer sur le levier du succès, cela en évitant toujours de dévier sur la route sinueuse qu’elles pourraient trouver sur le chemin de la musique. « Pour cela, nous avons été bien conseillées et préparées par nos parents et encadreurs. Et sans risquer de perdre notre statut d’enfant, nous allons faire feu et flamme dans la musique », affirment-elles innocemment.

Maïmouna Fall Ndiaye, la plus taquine : « J’adore la musique, c’est ma passion après la cuisine. Quand je serais grande, j’aimerai devenir médecin. Pour cela, il faut que je travaille bien à l’école ;  c’est déjà le cas  vu que je suis la troisième de ma classe avec une moyenne de 14/20. Étant une fille à caractère, je respecte mes prochains et j’aimerai que cette considération me soit rendue aussi ».

 

Pour lire la suite de l’article, visualisez le en ligne à la page 4 de notre journal ou téléchargez le gratuitement :

%d blogueurs aiment cette page :