GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Le Sénégal digitalisé par la Covid-19 Khadidiatou GUEYE Fall

Le Coronavirus a été un mal nécessaire pour permettre aux Sénégalais de se mettre à jour avec le monde digital.

Arrivée au Sénégal en mars 2020, la maladie du Coronavirus a totalement bouleversé l’économie du pays. Jusque-là, le pays traverse une crise sanitaire comme tous les pays d’ailleurs ; cette crise sanitaire est vue sous plusieurs angles. Et ses conséquences n’en sont pas moins : la pandémie a beaucoup impacté sur le capital humain avec un nombre de mort estimé, au moment où nous publions ces chiffres, à 1.749.123 dans le monde entier. Au Sénégal, le nombre de morts s’élève à 381  avec 18.200 de cas signalés et 16.742  personnes guéries de la maladie.

Hormis les pertes en vies humaines, l’impact négatif sur l’économie, la pandémie a entraîné le pays dans un autre monde, celui du  numérique. La Covid-19 a complètement digitalisé la marche des choses. Par exemple, dans les entreprises, le travail se faisait à distance. Cela, grâce au numérique. Pour beaucoup d’employés, le respect des mesures barrières recommandées par les autorités sanitaires étaient pour eux un moyen de maîtriser progressivement le numérique.

C’est le cas de Mariama Diop, ingénieure en développement informatique à l’aéroport international de Blaise Diagne. Mariama nous révèle qu’en temps normal, elle maîtrisait l’outil informatique. Mais suite à l’annonce de certaines restrictions et de l’état d’urgence, ajoute-t-elle, sur autorisation de son supérieur hiérarchique,  elle s’est appropriée au monde digital.

“Je commence à passer plus de temps devant la machine. Le monde numérique était devenu mien”,  déclare-t-elle. Mariama supervisait ses subordonnés tout en restant chez elle. Pour elle, c’était aussi une manière sûre  d’éviter la propagation du virus au milieu professionnel.

Le milieu professionnel n’était pas le seul secteur influencé vers la digitalisation par la pandémie. Le milieu de l’enseignement supérieur a aussi viré certains de ses étudiants à rester connectés avec le monde virtuel.

Cette étudiante à l’université Amadou Hampaté Bâ a vu ses cours suspendus pour motif de la pandémie. Elle n’avait aucune affinité avec les nouvelles technologies de l’information et de la Communication. Mais avec la suspension des cours, elle s’est retrouvée dans une situation déconcertante. Le  seul outil qu’elle savait manipuler était son téléphone.

C’est avec l’arrivée de la pandémie qu’elle a commencé à s’intéresser à tout ce qui est technologie. “Je ne savais pas manipuler une machine ; mais aujourd’hui, je fais beaucoup de choses avec mon ordinateur. Je ne savais pas qu’on pouvait faire ses cours à distance”, se désole-t-elle.  Notre interlocutrice a connu l’existence de la vidéo-conférence en cette période de pandémie : ” C’est récemment que j’ai découvert Zoom et Microsoft Stream. Nos modules de formation nous sont dispensés à travers ces plateformes de vidéo-conférence. C’est  pourquoi je ne vois pas la pandémie comme une malédiction mais comme une bénédiction”.

Cette étudiante pense que la Covid-19 est un mal nécessaire pour le Sénégal, surtout pour les jeunes qui doivent savoir que tout est digital maintenant.

L’autre aspect à saluer, c’est la digitalisation du monde du commerce : le e-commerce.

Des boutiques en ligne se sont multipliées à la période du couvre-feu. Le monde numérique est devenu en un temps record le carrefour de l’offre et de la demande.  La prolifération des boutiques a subitement connu une importance immense aux yeux des acteurs.

Le Coronavirus est un mal nécessaire pour mettre à jour les Sénégalais sur le monde digital. En somme, c’est avec un système bien défini que les autorités ont procédé pour amoindrir le nombre de cas. Et ce système a directement influencé sur l’audience dans le numérique.

%d blogueurs aiment cette page :