GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Le Pape François: “Un homme de parole’’ ou les leçons de sagesse du Saint Père Par Jean-Michel Seck

J’ai lu la lettre adressée au Pape François par notre ami et frère Marcel Mendy.

Elle a été publiée.

Je comprends son indignation mais les actes posés par le Pape François sont toujours « significatifs » pour l’Église d’abord et pour le monde ensuite…

Les actes du Pape François transcendent les clivages de nos sociétés dans tous les domaines…

Le Pape François est en avance sur notre siècle et nous ne serons plus là «  lorsque la lumière tombera du ciel » pour comprendre le sens de ses messages…

J’ai écrit personnellement un texte sur le Pape François l’année dernière après avoir assisté, au théâtre Sorano, à la projection du film que Wim Wenders lui a consacré.

J’ai exprimé un point de vue sur le Pape et sur l’homme.

Le Pape François est un homme multidimensionnel et il faut se donner tous les moyens de comprendre ses actes, porteurs de messages universels.

Comme l’a écrit le très grand penseur et maître incontesté de Rumi, Chams de Tabriz : «  Celui qui m’empêche de sortir, t’empêche d’entrer… »…

La sagesse universelle dans ses composantes orientale, occidentale, sumérienne voire lémurienne repose sur trois piliers : l’érosion totale de l’égo, la capacité illimitée de pardon et l’humilité infinie.

‘’Habemus Papam’’ a-t-on entendu proclamer sur la Place St Pierre de Rome le 13 mars 2013 : un nouveau Pape était donné au monde, le Pape François 1er,

La fumée blanche qui s’échappe du Vatican, au terme du conclave des cardinaux, annonce toujours le destin d’un homme, le destin d’un nouveau Pape.

Dans le film ‘’ Le Pape François : un homme de parole ‘’ réalisé par le très ‘’grand maître’’  du cinéma, Wim Wenders, présenté au public dakarois dimanche 21 octobre 2018, au Théâtre National Daniel Sorano, les trois piliers de la sagesse universelle sont incarnés, de la première à la dernière image, par le Pape François, le successeur de Pierre, comme tous les Papes élus.

Filmer le discours d’un Pape-le Très Saint Père-c’est d’abord filmer un Saint Homme, le Pape François,  dans sa grande et légendaire humilité.

Le Pape François nous a parlés d’un concept très fort : ‘’l’oreille sacerdotale’’,  savoir écouter l’autre…

Le Pape François, celui qu’il nous a été donné de voir ou plutôt de regarder avec émotion et admiration, au long du film, a reçu toutes les bénédictions du ciel pour les actes qu’il a posés et qu’il continue de poser aux quatre coins de la planète, celle qu’il nous appelle de toutes ses forces, à préserver.

Nous avons été tous secoués,  durant la projection du film,  par des moments hors de portée de l’homme …

Vous me permettrez, chers lecteurs et chères lectrices,  de revenir sur  quelques images venues de loin, de très loin, d’un lieu où seuls existent le pardon et la fraternité…

Dans la Mosquée de Al-Aksa en 2014, ce troisième lieu saint de l’Islam, le Pape François s’est déchaussé et il a pénétré dans la Mosquée pour ‘’une adoration silencieuse’’, vêtu de sa soutane blanche, la ‘’soutane immaculée’’,  aux côtés de ses frères musulmans qui ont prié en direction de la Mecque, direction sacrée s’il en est.

Nous avons vu le Pape ensuite se rendre sur le ‘’Mur des Lamentations’’ lieu sacré de prières pour toutes celles et tous ceux qui ont embrassé le judaïsme comme religion.

Au-delà du dialogue islamo-chrétien, le film de Wim Wenders,  a révélé toutes les facettes du dialogue interreligieux.

Étymologiquement, le mot ‘’religion’’ vient de ‘’religare’’ qui signifie ‘’être relié’’ : nous sommes tous reliés au Créateur Unique.

Tous les musulmans se prosternent durant la prière et posent leur front à terre ; cet acte est un acte d’humilité de l’homme qui ne peut se prosterner que devant l’Unique Créateur qu’il craint et  dont il implore toutes les grâces.

Comment ne pas être admiratif du Pape François qui après avoir ôté sa calotte, a saisi le pied d’un homme dans un camp d’internement puis celui d’une femme pour leur laver les pieds et embrasser ces pieds ; acte d’humilité suprême qui dépasse les hommes souvent pris de vertige car trop imbus de leur propre personne, acte simple de la part du premier représentant de l’Église catholique qui tient ainsi à montrer à l’homme, quelles que soient ses origines, ses propres limites temporelles.

Comment ne pas être ému lorsque, dans le même camp d’internement, un homme privé de liberté, a versé une larme que nous avons tous vu couler sur sa joue parce que le Pape François était là parmi eux, en toute simplicité,  et qu’il leur apportait des messages humains et fraternels,  faits d’espérance  et peut-être de liberté proche…

Comment ne pas être ému lorsque le  Pape François a visité, en Afrique, cet hôpital pour enfants où les images nous ont littéralement fendu le cœur, mais nous avons tous compris, après avoir entendu le Pape François nous conter l’histoire triste de cet enfant de huit ans atteint d’un cancer et qui tenait à lui parler avant de rendre l’âme ; quelle tristesse et quel courage admirable chez cet enfant qui savait que sa propre mort était proche.

Comment ne pas être ému après avoir vu défiler sur l’écran les images terribles des migrants au moment où leur embarcation s’est retournée et que tous se sont jetés littéralement à l’eau en se débattant parfois furieusement ; plusieurs d’entre eux ont péri en mer…

Wim Wenders, le réalisateur du film ‘’ Pape François : un homme de parole’’, film  présenté cette année (2018) au Festival de Cannes, hors compétition, sait jouer parfaitement des ‘’mouvements de caméra’’ pour nous faire ressentir toutes les émotions qui traversent ce grand film de 96 mn.

Les ‘’mouvements de caméra’’ font partie du langage cinématographique ; la caméra ‘’parle’’ et sait faire parler le cœur des hommes et avant tout le cœur du Pape François, le Très Saint Père du Saint Siège à Rome.

Les liens proches et lointains avec St François d’Assises nous ont été rappelés et ils ont été illustrés de la plus belle manière avec des ‘’flashes back’’ du réalisateur Wim Wenders, le réalisateur, entre autres, du célèbre film ‘’Buena Vista Social Club’’

Nous devons féliciter les organisateurs de cet événement qui fera date dans la capitale dakaroise et qui nous a rendus humbles : ‘’Afrique Films Ouest’’ (AFO) et son Manager, Mme Oumy Ndour qui entend redonner, par ses initiatives hardies et abouties,  une seconde vie au cinéma, le septième art,  dans notre pays et en Afrique.

L’Archevêque de Dakar, Son Excellence, Mr Benjamin Ndiaye, a émis le souhait et toute la communauté catholique avec lui,  de voir le Pape François venir et visiter le Sénégal  bientôt, comme le Pape Jean Paul II l’avait fait en 1992 ; prions ensemble pour que ce vœu soit exaucé et qu’il vienne nous apporter ‘’la lumière qui tombe du ciel’’ et  qui pourra éclairer nos mille chemins  de foi et de croix et réconcilier tous les hommes.

La ‘’leçon papale’’, celle du Pape François,  a été entendue et retenue…

                                                                                                                                                             Jean Michel Seck

                                                                                                                                                             BP 231

                                                                                                                                                             Dakar

 

Que pensez-vous de cet article ? N’hésitez pas à réagir et à débattre dans la zone «Ajouter un commentaire».

%d blogueurs aiment cette page :