GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Le Boukout Diola: et si on s’intéressait au grand « leul » diola

Le « leul », ou cérémonie d’initiation des circoncis, fait partie du patrimoine immatériel de la culture sénégalaise. Sujet tabou pour les ancêtres diolas car, disent-ils, la femme qui n’a pas encore connu la maternité ne doit pas connaitre les secrets liés à la tradition.

Organisé par plusieurs villages du sud, le boukut a  lieu tous les 30-40 voire 50 ans, selon les villages. Organisé généralement durant la saison des pluies, les jeunes qui doivent être initiés font face à des rituels dans leur localité avant de rejoindre le village. Ils se rassemblent dans un lieu précis entonnant des chants diolas et dansent en suivant le rythme des tambours. Ces jeunes sont toujours accompagnés de sages pour les guider et leur inculquer des valeurs qui semblent perdues de nos jours comme le « diom »  (courage) le « kersa » (retenue), le « ngor » (dignité).

Les vertus de cette cérémonie d’initiation sont donc inépuisables. Et il est grand temps qu’elle soit ressuscitée dans toutes les régions du Sénégal afin de mieux armer moralement et psychologiquement les jeunes gens confrontés à un monde de plus en plus complexe où ils risquent à tout moment de perdre leurs repères.

Aminata SARRE

%d blogueurs aiment cette page :