GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

La page de la Covid se referme, une autre maladie mystérieuse apparaît dans les côtes dakaroises Par Fanny ARDANT

Les autorités sanitaires du Sénégal sont de nouveau sur le pied de guerre. Alors que des performances « considérables » dans la diminution de nouveaux cas de Covid-19 se vérifient depuis presque trois mois, une maladie mystérieuse surgit de nulle part et ratisse les côtes dakaroises.

Le ministre de la Santé et de l’Action sociale Abdoulaye Diouf Sarr et ses hommes qui nourrissaient l’espoir de vaincre le Coronavirus se retrouvent face à une nouvelle une maladie qui ravage les côtes dakaroises. En effet, les populations de Thiaroye-sur-mer, une localité de la banlieue dakaroise, ont rapporté l’apparition d’une maladie dermique qui ne se vérifie que sur des pêcheurs revenus de haute mer.

Cette maladie de type dermatologique se manifeste par des boutons sur le visage, aux bras, sur les lèvres, sur les parties intimes, des yeux larmoyants… : elle a infecté plus de 500 personnes, selon une source hospitalière.

Alerté, le médecin-chef du district sanitaire de Mbao, dans la banlieue de Dakar, Dr Diambogne Ndour, qui a procédé à un  diagnostic, est revenu dans les détails, dans un rapport médical, sur les multiples cas de dermatoses.

Il a indiqué qu’il « s’agit de pêcheurs migrants âgés de 13 à 46 ans de sexe masculin, résidant à Saint-Louis, Diogo, Fass Booy et Thiaroye-sur-mer, présentant des lésions dermatologiques variées siégeant au visage, aux extrémités et parfois au niveau des organes génitaux externes ». Et que l’investigation révèle que le « 1er cas âgé de 20 ans a été reçu en consultation le 12 novembre 2020 avec comme symptomatologie : éruption cutanée vésiculeuse non généralisée, tuméfaction du visage, sécheresse des lèvres et rougeur des yeux. Il n’a pas été noté de cas graves ».

Dr Diambogne Ndour a ajouté que « l’interrogatoire des patients révèle qu’il y aurait des cas similaires dans les maisons, également  de pêcheurs partis en mer ». Les patients ont également révélé qu’ils auraient été contaminés au contact de l’eau de mer.

L’examen du dermatologue fait état de lésions d’impétigo à localisation péri-narinaire et péri-buccale, de lésions papuleuses ombiliquées par endroit localisées aux extrémités (pieds et mains), des érosions localisées au niveau des organes génitaux externes (testicules et gland).  À cela s’ajoutent une hyperhémie conjonctivale, des céphalées, de la fièvre, des œdèmes du visage surmontés de micro-papules chez certains prurigineux.

Pour le moment, l’origine de cette mystérieuse maladie et l’eau de mer qui serait infectée, n’a pas été scientifiquement établie par les services sanitaires. Toutefois, certains pêcheurs de la localité accusent des bateaux étrangers de déverser des produits chimiques ; les résultats partiels des analyses effectuées par l’institut Pasteur de Dakar révèlent qu’elle n’a aucun lien avec la Covid-19 et la maladie à Ebola.

« Des tests ont confirmé qu’il n’y a pas eu de contamination », selon le ministre de la pêche Alioune  Ndoye, qui était présent, vendredi à Rufisque où 200 cas ont été détectés. Le ministre a d’ailleurs tenu à rassurer les populations sénégalaises sur l’absence de risque à consommer les produits issus de la mer. Selon lui, les Sénégalais n’ont rien à craindre en ce qui concerne la consommation du poisson, après la découverte de cette maladie dermique à Thiaroye/Mer.

Le ministre de l’Environnement et du développement durable, Abdou Karim Sall, qui était également de la partie, a informé que « des échantillons au nombre de dix (10) ont été prélevés, 2 concernant les poissons, 4 concernant l’eau de mer et 4 autres concernant les algues. Les analyses sont en cours et ne manqueront pas de révéler dans les prochaines heures les causes exactes qui ont déclenché cette maladie ». A souligner que les prélèvements ont été effectués en mer à 8 kilomètres de Ndayane (un village lébou de l’ouest du Sénégal, situé sur la Petite-Côte au sud de Dakar, à 50 km).

%d blogueurs aiment cette page :