GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

La France-Afrique Ndiapaly GUEYE, journaliste indépendant

Quand la puissance coloniale tient plus à ses propres intérêts qu’à son amitié sincère avec un continent longtemps meurtri.

Le développement de l’Afrique incombe seul et exclusivement à ses propres filles et fils. Ce serait plus qu’une aberration que de soutenir le contraire. Car, cette France-là est plus que préoccupée par son patrimoine historique. Chose à laquelle elle tient comme à la prunelle de ses yeux.

L’exemple de Notre-Dame de Paris qui aura mobilisé plus de centaines de millions d’euros avec la contribution de certains pays pauvres d’Afrique. D’où ce joli titre de France 24 : “Notre-Dame de Paris, de l’incendie à la reconstruction”

Comme si les Africains étaient du coup soumis à de lourds châtiments dont ils peinent jusqu’ici à se défaire. Nos ressources halieutiques, minières, foncières et même agricoles sont toutes sous la mainmise des hommes et femmes d’affaires occidentaux avec la complicité d’une certaine catégorie de dirigeants politiques africains qui sont sous leurs ordres. L’Afrique est un peuple qui, volontairement, s’obstine à s’enchaîner du cou aux pieds, refusant inexorablement de prendre ses responsabilités pour se libérer et sortir enfin des geôles dans lesquelles l’Occident l’a confinée depuis des siècles. Pourtant, malgré cette posture marquée par une latence qu’aucun esprit alerte ne saurait expliquer, certains irrédentistes rebelles panafricanistes existent, notamment, Cheikh Anta Diop : ” Les fondements d’un État fédéral en Afrique noire “, Abdoulaye Wade : “Un destin pour l’Afrique “, Samir Amin : ” le miracle ivoirien”, Axelle Kabou : ” Comme si l’Afrique refusait le développement”, René Dumont : ” L’Afrique noire est mal partie”, Moctar Diouf : ” Échange inégal, détérioration des termes de l’échange”, Jean Ziegler : ” L’Afrique est un mendiant assis sur une mine d’or”, ainsi que de nombreuses publications d’éminents chercheurs et surtout des lanceurs d’alerte de la trempe de Nathalie Yamb, Kémi Séba, Ousmane Sonko, Guy Marius Sagna, autour du mouvement FRAPP/ France  Dégage. Tous autour d’un seul cri de cœur, éveillant sans discontinuer les consciences somnolentes d’Africains.

Ce si grandiloquent titre : ” L’heure de l’Afrique a sonné” ne suffirait-il pas à libérer tout un continent de ses geôliers ? On aura tout dit, tout essayé, tout fait pour réveiller la grande Afrique toujours somnolente. Un fatalisme dont elle peine toujours à se départir. La pire des colonisations est celle de l’esprit et du cœur. En sus des ressources naturelles que l’Occident leur aura volées, ses tortionnaires sans foi ni loi lui auront volontairement administré un virus ayant les mêmes caractéristiques d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Ce qui le condamne et le plonge dans une posture de dysthanasie ou de cacothanasie, une mort vraiment pénible et douloureuse. Heureusement que l’euthanasie finira par lui venir à la rescousse pour abréger sa très longue et terrifiante agonie. Le temps de se poser des questions quant à une future et fort probable ressuscitation de notre mère Afrique.

Que les Africains sachent tout de même que Dieu n’a jamais rien donné sur un plateau d’argent sans préalablement aucun esprit de sacrifice. Que Dieu fasse qu’il en soit ainsi !

Ndiapaly GUEYE

journaliste indépendant, lanceur d’alerte,

 email : ndiapalygueye@yahoo.fr

%d blogueurs aiment cette page :