GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Inondations dans la banlieue dakaroise: Le défilé au fil de l’eau des politiciens dans un « grenier électoral » Des opposants aux poches vides accusent un pouvoir "incapable"

Par Fanny Ardant

Le ciel a encore grassement ouvert ces vannes au Sénégal. Plongeant de milliers de ménages sous les eaux, causant de pertes humaines et animales. Une population en détresse qui demande l’aide des dirigeants. Qu’a-t-elle obtenu ? Une annonce des plans à ne plus en finir et un gouvernement qui tarde à proposer une solution pérenne pour les inondations. Un spectacle au théâtre des inondés : défilé de la classe politique. Des opposants avec les poches vides, ont saisi de cette occasion pour mettre à nu « l’incapacité » du pouvoir, et se permettre d’inonder l’oreille des sinistrés avec des pluies de critiques destinées au parti du pouvoir.

La banlieue dakaroise a essuyé les 5 et 6 septembre des précipitations d’une intensité inhabituelle. De fortes averses ont provoqué des inondations dévastatrices, causé au moins dix morts. Des milliers de personnes sont sinistrées. De nombreuses maisons sont submergées et leurs habitants contraints de déménager de leurs concessions à menace. Des localités comme Keur Massar, Pikine ou même ou Yeumbeul, le désespoir fait sortir de ses familles de leurs gongs. Ces sinistrés laissés à eux-mêmes ont crevé les écrans, abreuvant de vives critiques les dirigeants de leur mauvaise gestion avant de lancer un Sos.

Un « déclenchement » du plan Orsec par le chef de l’État et une visite du ministre de l’Intérieur, c’est ce qu’ont obtenu les sinistrés de la part du gouvernement. Comme si cela ne suffisait pas, les populations ont également eu droit à un défilé d’opposants. Ces derniers, qui non seulement,  sont venus  les mains vides pour compâtir et constater les dégâts, mais ont versé à la population en détresse et attente de solutions, des pluies de critiques destinés au gouvernement.

Khalifa Ababacar Sall est le premier à passer. Dans un discours teinté de paix, le leader de la coalition Mankoo Taxawou Sénégal déclare dans son fief  Grand Yoff : « En ces moments difficiles, j’apporte mon soutien et ma compassion aux citoyens sénégalais impactés par les fortes pluies. J’invite les pouvoirs publics à trouver une solution urgente pour régler les problèmes d’inondations ».

Ousmane Sonko, le plus coriace d’entre eux, n’a cependant pas raté le gouvernement. Le président du parti  « Pastef/les patriotes » qui a effectué un déplacement sur le terrain, à Keur Massar, Guédiawaye, accuse Macky Sall d’être le seul responsable de ce qui arrive aujourd’hui, aux populations de la banlieue “à cause de son incompétence, son incapacité” à gouverner le pays.

Le Parti démocratique sénégalais (PDS) n’est pas en reste. Sur instruction de son président Me Abdoulaye Wade, les responsables du Pds, avec en-tête de la délégation le député Cheikh Bara Dolli Mbacké, en compagnie de Dr Cheikh Dieng, maire de la commune de Djidah Thiaroye Kao, ont visité les zones le plus touchées de la grande ville de Pikine, qui concentre 16 communes.

 

Pour lire la suite, consulter l’article en ligne gratuitement dans notre journal à la page 5 ou téléchargez le :

%d blogueurs aiment cette page :