GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Importation de produits: Des conteneurs de déchets expédiés au Sénégal Par Khadidiatou GUÈYE Fall

Les émigrés aident-ils ou polluent-ils leur pays d’origine ?

Au Sénégal, les produits importés occupent le marché en une quantité extraordinaire. Les Sénégalais raffolent de ces produits. Ils s’en servent au détriment des produits et matériels locaux. Pour la plupart, les pays de l’extérieur envoient leurs produits qui arrivent à expiration parfois inutilisables pour des raisons diverses. D’autres saisissent l’occasion de toucher et de percevoir l’innovation et la modernisation.

Il n’est pas rare de tomber sur des conteneurs pleins de produits alimentaires, de matériels automobiles, électroménagers et électroniques, de vêtements, des chaussures, tous venant de l’Europe ou de l’Amérique. De quelque nature que soient ces produits, les Sénégalais y trouvent leur intérêt.

Abdourahmane War, un homme de la cinquantaine, bascule entre les avions. Il voyage et ramène du matériel de l’Allemagne et de l’Italie. Mais il s’est focalisé dans le domaine textile. « J’importe des tissus très rares pour les cérémonies. Je le fais depuis plus de 20 ans. Et c’est un travail qui fait beaucoup de bénéfices » soutient Abdourahmane War.

Cet originaire de la région de Louga, dans la commune de Ndande, se nourrit des produits importés de l’extérieur. Il a marqué son emprunt dans la vente de tissus de cérémonie. Ainsi Abdourahmane détient plusieurs boutiques de vente de tissus riches, dans la banlieue comme dans la sous-région. D’après lui, ces produits importés sont en grande partie sollicités par les Sénégalais.

Kiné Lam elle vit en Italie depuis plus de 10 ans. Elle a l’habitude d’envoyer des produits alimentaires à sa famille. D’habitude, les produits arrivent à quelques mois d’expiration ; mais pour Kiné, elle les envoie au Sénégal pour des raisons bien définies : « En Italie, on a l’habitude d’acheter en grande quantité. Puisque mon mari et moi avons l’habitude d’envoyer des conteneurs au Sénégal, on en profite pour leur envoyer des habits et des produits alimentaires », explique l’émigrée.

Ndèye Khady, une femme au foyer très accrochée dans le domaine des produits locaux, refuse l’importation des produits alimentaires. Elle refuse de les utiliser dans la mesure où les produits arrivent à expiration le plus souvent : « Je ne les utilise pas. Ces produits en général arrivent au Sénégal a quelques mois de leur date de péremption. C’est comme si les Sénégalais ou les Africains en général n’ont pas de quoi vivre. Ils nous balancent leurs produits qu’ils ne consomment plus. C’est nous leur poubelle. En plus , la majorité des produits alimentaires qu’ils envoient sont constitués essentiellement de pâtes comme des Macaroni et des Spaghettis. Ils ne nous envoient jamais de riz parce qu’ils s’en procurent ici en Afrique ».

Les vêtements envoyés ne laissent pas la dame indifférente. « Parfois, tu pars au marché hebdomadaire, chez les vendeurs de friperie, mais il n’y a que des articles inutilisables. Des chaussures déjà portées et des robes déjà utilisées sont envoyées pour faire de nous un dépotoir », se désole Ndèye Khady.

REMONTÉE

Très remontée contre ses compatriotes qui laissent ces produits franchir le continent africain, la promotrice des produits du pays déclare la guerre aux ressortissants qui expédient des colis sous forme de cadeaux. « Que les Sénégalais de l’extérieur arrêtent de nous envoyer les déchets de leur pays d’accueil. C’est comme si les Africains avaient faim, alors que tel n’est pas le cas. Nous avons des produits locaux très nutritifs à valoriser et à consommer », dénonce-t-elle.

Le point de vue de Ndèye Khady n’est pas celui de Kiné Lam. Pour celle-ci, c’est grâce aux colis expédiés au Sénégal et Afrique que leur mode de vie est mis à jour. Elle confirme que les produits envoyés sont parfois à quelques mois de leur période d’expiration mais s’agissant des matériels électroniques et électroménagers, les Sénégalais les acceptent volontiers. Selon elle, envoyer des matériels au Sénégal est une façon de pousser les jeunes de s’en inspirer afin d’innover pour le continent.

De nombreux conteneurs atterrissent au Sénégal. Des Sénégalais migrants les envoient à leurs proches pour leur amoindrir les charges familiales et faire profit. Pour certains Sénégalais, ces produits constituent les déchets de l’Europe et de l’Amérique. Tandis que les émigrés avancent une aide et une source de motivation pour les jeunes qui doivent s’inspirer des matériels électroniques envoyés afin de montrer leur capacité d’en faire plus.

%d blogueurs aiment cette page :