GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Ila Touba : Serigne Mountakha Mbacké, le modérateur, le regulateur Par Habib KA

Plus que la VDN, l’autoroute Ilaa Touba, qui permet une jonction rapide avec la Ville sainte, le Khalife général Mountakha Mbacké, est une destination sans péage, prisée par le gotha religieux, politique, civile, syndical et aussi par les Sénégalais de toutes les conditions, de tous les horizons.

La direction de Touba aimante les cœurs et les esprits des citoyens, parce que Serigne Mountakha Mbacké trouve pour chaque citoyen, pour chaque problème posé, les mots adéquats pour soulager les maux de ses visiteurs, qui rentrent toujours comblés, satisfaits, l’âme purifiée, le cœur rafraîchi.

Il est, sans conteste, un guide qui rassure, un guide qui apaise les esprits quand ils s’échauffent, s’emballent, deviennent incontrôlés. Un modérateur, un régulateur.

Serigne Mountakha Mbacké sauva la République d’un embrasement quand le Premier ministre Mouhamed Boun Abdallah Dione, contre toute attente, coupe une émission sur une télé de la place pour annoncer ses chiffres qui font passer son candidat au premier tour pendant que les autres candidats, sur d’autres plateaux, chiffres à l’appui, étaient dans la certitude d’un deuxième tour, et ses conséquences désastreuses pour un candidat sortant.

Le Khalife reçut les quatre candidats malheureux, leur prodigua des conseils qui ne sont pas tombés dans l’oreille de sourds : non seulement l’opposition reçut, cinq sur cinq, le message du Khalife Général, mais aussi elle renonça à tout recours de l’arbitrage du Conseil constitutionnel.
Serigne Mountakha Mbacké désamorça ainsi une crise structurelle propre à toutes les situaitions insurrectionnelles post-électorales.

Serigne Mountaga Mbacké, toujours lui, n’est pas resté indifférent aux graves dérives insurectionelles que le Sénégal a connues au début du mois de mars dernier. Par sa sagesse, sa magnanimité, sa capacité d’écoute et son pouvoir magique de convaincre, a reçu tour à tour, a écouté et entendu les autorités religieuses, les acteurs sociaux, les politiques, la société civile,le mouvement syndical. Il a joué les bons offices pour appeler à l’unisson des cœurs et des esprits, ramener la paix, le calme et la sérénité à l’interieur du pays.

Le Khalife n’est sous aucune pression, ne fait pas de choix sur ses demandes d’audience. Il écoute l’opposition et le pouvoir avec une égale attention, une égale considération, un égal respect. Il prodigue conseils aux uns et aux autres, fait des rappels, avertit pour le besoin de la cohésion et de la cordialité qu’aucun médiateur ne saurait le faire mieux à sa place.

Serigne Mountaga Mbacké rassure. Si les acteurs politiques continuent d’écouter, d’entendre la voix de la rectitude, de la raison, ils sont assurés de sortir de cette turbulence qui court jusqu’en 2024.

%d blogueurs aiment cette page :