GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Hommage à notre ami et frère Famara Mané Par El Hadj Ibrahima NDAW

Tu es parti… Tu es parti sur la pointe des pieds. Tu t’es déchargé de ce lourd fardeau que tu as longtemps porté, à travers les vicissitudes de ton parcours universitaire et politique : refaire le monde, remodeler l’homme, cette espèce aux tares insoupçonnées et imprévisibles, aux gestes parfois mortels et rarement flamboyants, cet homme qui fait la beauté ou la laideur de ce monde. Tu as longtemps cheminé dans le monde, africain surtout, à la rencontre, en vain, d’un espace de justice, de paix, d’entraide. Et le pays te manquait, surtout ta Casamance natale, ce beau et accueillant terroir où nous allions souvent nous ressourcer.

Tu te rappelles, déjà tout jeunes , alors que nous entamions nos premiers pas dans cet espace du savoir qu’est le lycée Djignabo de Ziguinchor ; alors qu’alentours l’Afrique Occidentale Française -AOF- et l’Afrique Equatoriale Française -AEF- achevaient de se désintégrer, tu râlais, fulminais, bouillais de rage devait cette situation qui nous rendrait plus vulnérables, disais-tu. Tu étais allergique aux micros-Etats et, à force de dissertations, de matraquage sur la balkanisation qui allait suivre, affaiblissant nos jeunes Etats, nous finissions par nous ranger à tes arguments. Très tôt déjà, tu savais convaincre par des arguments justes et appropriés. Féru d’histoire, les exemples ne te manquaient guère. Et tu en as voulu, depuis toujours, à tous ces dirigeants qui nous ont placés consciemment ou non sur cette pente glissante et dangereuse.

Quand, quelques années plus tard, éparpillés à travers le pays, chacun exerçant le métier de son choix, nous te pensions assagi, désintéressé de la politique, et voilà que tu nous revenais en force avec, en bandoulière, la prétention de nous faire adhérer au nouveau parti politique ‘’Sunugaal ’’, parti créé par les frères Cissé de Goudomp, en Casamance. L’idée était certes bonne, généreuse et les idéaux exaltants mais le parti au pouvoir de Senghor y voyait un parti monocolore, car les membres étaient en majorité des Casamançais. Pour forcer la reconnaissance de ce parti par le gouvernement, tes camarades et toi aviez fait appel à Maître Abdoulaye Wade pour défendre le dossier. A la demande de ce dernier qui voyait là une opportunité politique, le parti Sunugal qui comprenait des cadres de haute valeur, fusionnera avec son mouvement (celui de Maître Wade) pour créer le PDS -Parti Démocratique Sénégalais-. Et ce fut pour toi la plus exaltante aventure qui commençait, avec le tour de force d’y faire adhérer tous tes amis, parents et connaissances.

Nul ne pouvait douter de ta conviction, car ton engagement était total et sincère. Car tu aimais viscéralement ce parti et Maître Abdoulaye que tu ne cessais d’encenser. Tu avais tout donné à ce parti, et c’est cela ta grande générosité. Tu es tout entier dans la franchise et la disponibilité. Le PDS était alors ta raison de vivre. Il n’existait pas un hameau en Casamance, du Nord au Sud, d’Est en Ouest où la parole de Wade n’avait été portée. C’était une fierté pour nous d’entendre souvent dire ‘’Famara a promis, il le fera car c’est un homme de parole, sinon il le dira aussi, en expliquant pour ce problème n’a pu se réaliser’’. Assurément Famara, ta force résidait dans ce plaidoyer populaire.

Famara, nous savons que tu avais été atteint au plus profond de ton être par les bisbilles inhérentes aux partis politiques. Ton grand défaut c’est ton allergie pour les magouilles et le mensonge. Malgré ta conviction et ton engagement sans faille, tu avais subi les revers de situations très éprouvantes nées de querelles intestines qui t’avaient désarçonné. Et avec toi beaucoup d’autres comme notre frère Marcel Bassène, paix à son âme, devenu responsable dans ce même parti, y avaient connu des revers de fortune. Leur intégrité morale ayant été mise à rude épreuve. En vérité, les réalités dans les partis politiques sont très complexes. Ls luttes d’influence et de positionnement masquent en général la vraie raison d’exister du parti et diluent ainsi l’éthique dans d’innombrables dissensions.

Famara Mané, ton amour pour le Sénégal est connu. En tant qu’homme politique intègre, soucieux de la parole donnée, tu as toujours travaillé pour tes militants, devenant ainsi pour la Casamance, un militant politique incontournable. Tu es l’enfant terrible de la Casamance qui a permis au PDS de s’implanter avec force et réussite dans la région. Quand tu te déploies, tu deviens un véritable ‘’ouragan’’ politique. Tu étais la porte d’entrée de Wade dans la région sud de Casamance. C’est aussi toi qui avais réussi à intégrer beaucoup d’intellectuels de la Casamance ainsi que ceux d’autres régions au PDS. Et cela par la force de ton argumentation, de tes idées larges, tes idéaux de justice, de probité morale et ton engagement sans faille. Nous nous rappellerons tous, Camara Sidy, Makhily Gassama, Mamadou Mané et tant d’autres, la fougue avec laquelle tu défendais tes idées sur la gouvernance, la vertu dans l’action sociale et les méfaits d’une mauvaise politique sur le peuple.

Cher ami, Cher frère, reposes en paix. En dehors de la politique, nous savons que beaucoup de chantiers te restent à réaliser dont celui qui te tient particulièrement à cœur.  La réalisation, par l’association que tu as créée et dénommée ‘’ACHAADE’’ -Association Culturelle Humanitaire d’Entraide et d’Appui au Développement Economique- ;  une association engagée, qui ambitionne, tout au long de son évolution, de porter assistance aux personnes vulnérables, de raffermir le socle moral et culturel de notre société tout en insérant ses membres dans des filières professionnelles aptes à en faire des acteurs de développement au service de la Nation. Ces actes de bienfaisance, sont déclinés sous la forme d’un ambitieux programme national, uniquement guidés par une foi placée sous le sceau des valeurs de paix, de travail et de solidarité.

Et tu avais choisi la ville sainte de Touba pour partenaire. Touba est une solide référence culturelle. Une ville de foi, de paix et de culte du travail. Touba c’est une organisation sociale puissante et mobilisatrice. Touba a un sens ésotérique qui renvoie au sens sacré de l’Arbre du Paradis, symbole de pénitence et de piété. Touba a les attributs d’une contrée rayonnante par sa sainteté, capable d’insuffler aux régions du Sénégal et à la région ouest africaine ses valeurs religieuses et sa capacité de mobilisation dans le travail. Voilà comment tu percevais Touba et voilà pourquoi, avec la Bénédiction du Khalife Général des Mourides, tu avais voulu entamer cette grande œuvre par Touba, en commençant par reboiser Illa Touba en plantant des arbres le long de son trajet, avec création d’écovillages au niveau des déviations, la création d’une Ecole de Formation en Environnement, la Création d’une Brigade verte, un large programme de reboisement et d’assainissement de la ville et la création de zones de piscicultures et de tant d’autres projets.

Puisse Dieu donner aux membres de l’association Achaade l’opportunité et la force de réaliser, en ton nom, ces chantiers pour le grand bonheur de tous.

%d blogueurs aiment cette page :