GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Grandes vacances et occupations: Quand les dessins animés deviennent la vie des enfants Chérifa Sadany Ibou Daba SOW

Très rare de voir des enfants qui ne sont pas attirés par des dessins animés. La plupart d’entre eux, de différents âges, s’intéressent au film d’animation illusionnant cela de préférence très tôt le matin. Que cela influence positivement ou négativement, il revient aux parents d’en tenir compte. 

À 7 heures du matin, Mohamed est déjà scotché devant la télé. T-shirt, culotte et chaussettes, il ne se débarrasse pas de son pyjama. Il y a plus important à faire : suivre son dessin aminé. « Il connaît toutes les chaînes de dessins aminés. À son réveil il court direct au salon zapper sa préférence. Parfois c’est le volume de la télé qui me réveille et m’informe qu’il est déjà réveillé aussi… » explique sa mère.

Mohamed vit avec ses parents et leur femme de maison. Fils aîné et chouchou de maman et papa, il maîtrise à deux ans déjà la manipulation de la télécommande. Ce qui intrigue joyeusement sa maman. Selon elle, son fils développe une capacité intellectuelle en sachant manipuler la télévision mais aussi le fait de regarder les dessins aminés contribue beaucoup dans le développement de ses facultés intellectuelles. « Je suis une maman très attentive sur le comportement de mon enfant. Regarder les dessins animés, j’ai remarqué que ça anticipe sur le développement intellectuel de mon fils. Il prononce bien des mots lorsqu’il les imite, il reconnaît les couleurs, il apprend à compter et il est affectif, je pense que c’est l’effet des dessins animés » , elle reste convaincue.

Quel genre de dessins animés regarde Mohamed ?

« Sur Télétoon+, il regarde “école aventure”, une émission d’où deux capitaines et experts en aventure, chacun à la tête d’une équipe de cinq préadolescents, transmettent des notions et valeurs importantes à leurs yeux pour apprendre à reconnaître leur environnement. Ce n’est pas encore à son niveau, mais il se contente des belles images de l’environnement. Sur PIWI+, il regarde “chi mon chaton”, et sur Ludikids, T’choupi à l’école, et enfin sur Tiji,  “il regarde “Robocar Poli” ».

Comment vous faites pour maîtriser son programme matinal en tant que femme au foyer qui doit se charger de toutes les taches en plus ?

« À vrai dire, Il m’a contaminée, sourit-elle. « Je suis devenue aussi accro aux dessins animés. Pour lui faciliter la recherche, avant d’aller au lit, je me charge de mettre la chaîne des dessins aminés avant d’éteindre la télé ; comme ça, s’il se réveille avant moi, il n’aura qu’à appuyer sur un seul bouton. Et pour répondre à la question, je maîtrise son programme parce que, chaque matin, j’essaye de gagner son attention pour qu’il prenne son petit déjeuner. C’est la seule conséquence. Lorsqu’il est concentré, impossible de le faire manger. Et après comme vous l’avez dit, étant femme au foyer, je n’aurai pas le temps de courir derrière lui pour qu’il mange ».

Socialisation

Vous êtes d’accord avec ceux qui pensent que les dessins animés impactent sur la socialisation des enfants ?

« C’est possible mais à mon niveau je préfère que mon fils soit insociable plutôt que de traîner dans chaque quartier ou que je sois dans une inquiétude causée par sa perte. Certains dessins aminés sont éducatifs et divertissants à la fois, et occupent tranquillement les enfants, en tout cas le mien, le temps que je termine quelques tâches ménagères », assume-t-elle.

Les enfants sont davantage attirés par les dessins animés que par l’apprentissage d’outils académiques traditionnels. Ils s’accrochent aux scénarios de dessins animés intéressants, des effets audiovisuels et des solutions de couleurs. Ce qui intrigue toutefois, c’est dans quelle mesure les dessins animés influencent-ils les enfants ?

Marie-Noëlle Clément, spécialisée sur les relations des enfants, explique dans une interview accordée à Marlène Thomas dans Libération, que les images sont pour les adultes et les enfants des modèles disponibles sur lesquels ils peuvent se baser. Pour elle, ce que l’on constate dans les dessins animés, notamment américains, c’est que les représentations physiques des femmes sont extrêmement stéréotypées et assez peu variées. C’est un peu moins vrai depuis quelques années ; ils ont dû réaliser le problème, mais pendant très longtemps, elles avaient toutes le même visage avec un petit nez, de très grands yeux, toujours une belle chevelure, la même silhouette. Ce sont des dessins animés regardés par des enfants, mais ce sont des silhouettes de jeunes femmes qui ont déjà des formes très bien mises en valeur. On constate plus rarement ce phénomène pour les personnages masculins. Ils ont tous une particularité, un personnage sera par exemple construit sur le fait qu’il est gros, un autre aura un gros nez ou de grandes oreilles, termine-t-elle.

Cependant, dans le site « Justice papa », la question sur quels types de dessins animés pour enfants faut-il privilégier a été répondue :

« Il est très important de choisir le programme idéal pour votre enfant. En effet, tous les dessins animés ne sont pas conseillés, car, certains véhiculent des messages de violences et d’autres n’amèneront rien de bon pour l’enfant. Vous devez donc opter pour les dessins animés non violents, dans lequel le langage parlé est facilement compréhensible et dont le son n’est pas trop fort. Privilégiez si possible les dessins animés éducatifs qui permettront à votre enfant d’apprendre quelque chose d’intéressant. Ainsi, il pourra apprendre en s’amusant sans s’en rendre compte ».

Mohamed’s mom, elle, est très assidue dans la surveillance des programmes que regarde son fils. Sans entacher son affection pour lui, elle reste catégorique à l’inculquer une bonne éducation.

%d blogueurs aiment cette page :