GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Géopolitique – Stratégie Nationale de vaccination: Macky Sall vaut bien une dose P. MBODJE

La bataille de la vaccination des populations en Occident exclura l’Afrique des priorités Nord-Sud : l’image du chef et la solvabilité morale du Sénégal pourraient aider, en ces périodes d’instabilité politique en Afrique, de grande morbidité et de tension de trésorerie.

« Ça n’est pas un don, mon frère ! », s’est emporté Abdoulaye Diouf Sarr le  20 janvier dernier, une minute à peine après la mise en ligne de la version électronique de notre édition datée du 21 janvier ; d’où viendrait-il d’ailleurs ? Le ministre de la Santé et de l’Action sociale est resté coi face à cette interrogation.

La Rédaction faisait le point sur différentes hypothèses à explorer depuis les interrogations nées des possibilités offertes au Sénégal avec le vaccin de la Covid-19 : devant l’eugénisme occidental face au vaccin réservé exclusivement aux Blancs, l’Afrique comptera pour Epsilon dans la bataille pour l’acquisition des doses nécessaires aux populations, qu’elles soient prioritaires ou pas : les conditions financières seront difficilement réunies devant une instabilité politique caractéristique de la majorité des pays du continent et la chaîne du froid nécessaire à une bonne conservation des doses de vaccin pose gros, même pour un Sénégal privilégié par la proximité avec l’Occident et somme toute la douceur du climat.

Cette étape culturelle (America First) se dilue malheureusement dans les difficultés financières du continent avec l’argent dormant plus dans les paradis fiscaux que dans trésoreries nationales, au service des Africains : rien que pour le Sénégal par exemple, il faudrait 1.697 milliards pour un million de doses. Avec un PIB en recul de 500 milliards et 1.000 milliards du premier jet.

Pourquoi alors ne pas vendre l’image du chef ?

Surtout que le Msas lui-même avait passé le début d’année à louer le président Macky Sall pour son leadership qui a été décisif durant la prospection pour l’acquisition de doses pour les populations sénégalaises.

Le prétexte est bon pour appuyer la thèse politique du leadership et de communiquer sur les difficultés économiques du Sénégal et le sacrifice consenti par le président de la République pour la santé de ses compatriotes ; c’était l’originalité du discours de Abdoulaye Diouf Sarr durant les rencontres bi-mensuelles gouvernement-presse : Macky Sall vaut bien une dose et il la veut, c’est connu !

%d blogueurs aiment cette page :