GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Dr Cheikh Atab BADJI, analyste politique, MBA en Sciences politiques: « Un gouvernement d’union avec une frange de l’opposition ne me paraît pas pertinent » Propos recueillis par Baye Saliou THIAM

Dans cet  entretien accordé au Devoir, le spécialiste en analyse politique, Cheikh Atab Badji pose la problématique de la pertinence d’un gouvernement d’union nationale en l’absence de crise politique majeure : Partage d’un butin politique ou opportunité pour certains de se rapprocher du pouvoir ? « En politique toutes les opportunités de s’approcher du pouvoir sont bonnes, quitte à théoriser les contours d’une crise justificative» avance-t-il, tout en prônant la création de grands partis politiques autour d’idées communes, socialisme ou libéralisme. Son regard est critique, certes, mais d’une remarquable pertinence au vu du contexte politique actuel fait d’incertitudes à cause de l’approche de deux élections. Entretien…

Le Devoir : Est-il pertinent pour le Président Macky Sall dans le contexte politique actuel d’aller vers un gouvernement d’union nationale qui prendrait en compte des membres de l’opposition ?

Cheikh Atab Badji : Un gouvernement d’union nationale entre pouvoir et opposition a souvent été l’apanage de crises politiques majeures, comme alternative provisoire vers une solution postcritique qui va instaurer à terme, et au détour de moult négociations et d’ententes vers des élections consacrant in fine un régime au pouvoir et des partis en opposition. Le contexte actuel est certes un contexte de crise, sanitaire et socio-économique, donc potentiellement politique. Un gouvernement d’union nationale avec une frange de l’opposition ne me paraît pas tout de même pertinent, vu sous ce seul angle.

Pour lire la suite, consultez cet article en ligne à la page 4 de notre journal ou téléchargez le :

%d blogueurs aiment cette page :