GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Diourbel: Incinération de saisies improductives pour une valeur de 1.409.035.775 Francs CFA

La subdivision des Douanes de Diourbel, dirigée par le lieutenant colonel Cheikh Faye, en présence des autorités administratives et judiciaires de la région ainsi que des membres de l’Ordre des pharmaciens, a procédé ce mardi 03 novembre 2020 à l’incinération de ses saisies improductives. Il s’agit de saisies faites par la Brigade mobile de Diourbel, par la Brigade mobile de Bambey et par la Gendarmerie de Touba Bélel dans l’affaire dite des faux médicaments, pour une valeur évaluée à un milliard quatre-cent-neuf millions trente-cinq mille sept-cent soixante-quinze francs (1.409.035.775 francs CFA).

La cérémonie d’incinération a eu lieu ce mardi dans les nouveaux locaux de la Subdivision des Douanes de Diourbel, en présence du gouverneur de la région Gorgui Mbaye, du préfet Ibrahima Fall, du président du Tribunal de grande instance de Diourbel, Pape Mohamed Diop, des sapeurs pompiers, des membres de l’Ordre des pharmaciens et de la presse locale.

Ces produits incinérés sont constitués de soixante dix (70) kilogrammes de chanvre indien d’une valeur de huit millions quatre cent mille ( 8.400.000) francs, de quatorze (14) balles de sachets plastiques estimés à quatre cent mille (400.000) francs et de faux médicaments, y compris ceux saisis par la brigade de gendarmerie de Touba Bélel le 11 novembre 2017 pour une valeur estimée à un milliard trois cent millions (1.300.000.000) de francs pour un montant global de un milliard quatre-cent neuf millions trente-cinq mille sept-cent soixante quinze ( 1.409.035.775) francs CFA.

Le lieutenant colonel Cheikh Faye a rappelé l’importance de la mission sécuritaire qu’exercent les douanes sénégalaises qui, selon lui, se manifeste à travers la lutte contre le trafic de drogue, de faux médicaments, des armes entre autres.
A sa suite, le Docteur Amath Niang, président de l’Ordre national des pharmaciens du Sénégal, a magnifié cette opération qui est un début de réponse à la préoccupation des pharmaciens qui sont confrontés à une concurrence illégale de produits émanant de marchés parallèles de produits pharmaceutiques qui est un véritable problème de santé publique.

Le président du Tribunal de grande instance, au nom du procureur de la République empêché, rappellera que la justice a pour rôle le maintien de l’ordre public pour des raisons sécuritaires mais aussi de l’ordre public, sanitaire et environnemental, en plus de la lutte contre la contrefaçon et les stupéfiants.. C’est ce qui justifie cette incinération de ce matin.

Le gouverneur Gorgui Mbaye quant à lui a salué cette synergie, cette harmonie et cette mutualité des différentes forces de sécurité de l’ordre, des douanes, la gendarmerie, la police et les Eaux et forêts, pour aboutir à cette saisie jamais égalée dans l’histoire du Sénégal.
“Je remercie les uns et les autres et rappelle que cette synergie des actions doit être permanente si nous voulons réussir notre mission de l’ordre public et sanitaire voire environnemental sans lequel il est impossible d’atteindre l’émergence”, dira le chef de l’exécutif régional de Diourbel.


Les pharmaciens qui ont tenu un point de presse aussitôt après cette cérémonie d’incinération ont remercié les forces de douanes et de gendarmerie pour l’opération d’incinération des produits prohibés. Ils comptent intensifier le combat pour obtenir la criminalisation du trafic de faux médicaments d’autant plus que sur le marché il y a aujourd’hui plus de 15 milliards de francs en faux médicaments. Pour y arriver il faut des mesures drastiques car rien que pour la ville de Touba, il y a trois cent treize (313) dépôts de médicaments pour seulement quarante-six (46) pharmacies légales. C’est pourquoi les pharmaciens demandent une implication du khalife général des Mourides pour l’assainissement du milieu pour une bonne santé publique des populations de Touba et ses environs.

Pour rappel, les faux médicaments incinérés avaient été saisis par la brigade de Gendarmerie de Touba Bélel le 11 novembre 2017 pour un montant de 1 milliard 300 millions de francs et les pharmaciens s’étaient constitués partie civile.
Le tribunal de grande instance de Diourbel avait jugé et condamné les sieurs Amadou Woury Diallo et Bara Sylla respectivement à cinq et sept ans de prison.

En cassation la Cour suprême avait confirmé le premier jugement et retenu les charges. Le tribunal avait instruit la vente aux enchères des deux camions qui avaient servi au transport de ces faux médicaments et d’incinérer la totalité de la marchandise et de payer des dommages et intérêts aux pharmaciens.
La vente de faux médicaments est aujourd’hui un véritable problème de santé publique qui demande une large sensibilisation des populations consommatrices, une véritable volonté politique de la part de l’Etat du Sénégal.

Thierno Hameth BABA

%d blogueurs aiment cette page :