GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Déthié Fall opposé à un troisième mandat: Idrissa Seck bien taillé pour remplacer Macky Sall Charles Thialys SENGHOR, Desk central, Le Devoir

Le président Macky Sall, qui nourrirait des appétits pour un troisième mandat, pourrait être stoppé par une résistance populaire ; mais Idrissa Seck pourrait servir de bouée de sauvetage au leader de la coalition Benno Bokk Yakaar qui s’est fait rattraper par la Var sur le 3e mandat.

Idrissa Seck, arrivé deuxième lors de la dernière présidentielle du 24 février 2019, est devenu président du Conseil économique social et environnemental (CESE) le dimanche Premier novembre 2020, à la surprise générale, driblant tous les météorologues politiques. Pendant six mois Macky Sall et son ancien allié, devenu son premier adversaire politique, taillaient bavette dans la plus grande discrétion.

Macky Sall, avec ce de rapprochement  suivi d’une alliance politique, a réussi à avoir une épine de moins sous les pieds. La mise à l’écart du député Déthié Fall par Idrissa Seck est une parfaite illustration. Cet ex-numéro 2 de Rewmi a eu l’outrecuidance de s’en prendre à la gouvernance du pouvoir que son parti vient de rejoindre après des années de divorce.

Une épine de moins…

Macky Sall peut donc compter sur son nouvel allié et ses collaborateurs. Yankhoba Diattara a dû attendre d’être porté à la tête du ministère de l’Economie numérique pour dévoiler ou reconnaître les qualités du président de la République en l’encensant. « Avant d’être dans le gouvernement, je ne pouvais pas imaginer que le président Macky Sall était aussi patriote et engagé pour le pays. Il n’a pas d’égal dans la manière dont il défend le Sénégal, c’est ma conviction. C’est en toute honnêteté et sincérité que je le dis. Le président Macky Sall est un patriote engagé », a fait savoir le ministre de l’Economie numérique et des Télécommunications, non sans inviter les Sénégalais à l’accompagner dans sa vision vers un Sénégal émergent.

Débat sur le troisième mandat

Ce ralliement d’Idrissa Seck, à la cause de Macky Sall au nom de l’intérêt de la Nation, arrive au moment où le débat du troisième mandat se pose avec insistance. Même si le président Macky Sall a exigé une omerta au sein de ses troupes à ce propos, une certaine opinion, qui s’en est déjà fait une religion, veille au grain, martelant être fin prête pour y faire face.

Malgré ces menaces, le président Macky Sall ne veut point rassurer. Il maintient toujours le flou en soutenant que s’il précise sa pensée sur sa participation ou non à un troisième mandat, « les membres de son gouvernement ne vont plus travailler et vont se lancer dans une querelle pour lui succéder ».

Il continue, avec cette posture, de mettre tous les atouts de son côté. Son allié et ami Me El Hadj Diouf a révélé qu’au cours d’une rencontre avec la coalition présidentielle Benno Bokk Yakaar, le président Macky Sall a déclaré qu’« il ne voulait pas d’élections avant 2024 ».

Dans cette perspective, il essaye également de rassembler le maximum de forces vives du pays à ses côtés « pour l’intérêt de la Nation ». De la sorte, Macky Sall continue de tâter le pool des Sénégalais sur ce troisième mandat.

Mais, comme son prédécesseur au palais présidentiel, Abdoulaye Wade, le président Macky Sall doit s’attendre à la résistance d’une certaine opinion. Certaines organisations politiques et de la société civile se préparent en conséquence. Elles ne cessent d’avertir le Pouvoir.

Le président Macky Sall, fin politicien, n’étant pas né de la dernière pluie, attend certainement de voir plus clair. Si ça ne passe pas, son nouvel allié pourrait être un substitut idéal.

Cette alliance lui permettrait de sauvegarder ses arrières.

Plusieurs personnalités, exerçant ou ayant déjà exercé dans son magistère sont sous l’œil du cyclone. Un autre président de la République pourrait bien les inquiéter. Contrairement à Idrissa Seck qui, au nom du pacte qu’il vient d’acter avec Macky Sall, au nom de son ralliement, pourrait être une bouée de sauvetage.

%d blogueurs aiment cette page :