GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Départ prévisible de Déthié Fall du parti Rewmi: Idrissa Seck touché, mais pas coulé Charles SENGHOR Rédaction centrale, Le Devoir

Leader du parti “Rewmi” qu’il a fondé en 2006, Idrissa Seck en voie de perdre Déthié Fall a toujours connu des départs de cadres qu’il a su remplacer par sa capacité à dénicher des talents.

Idrissa Seck semble avoir définitivement perdu son désormais ex-numéro 2 au sein du parti Rewmi. Déthié Fall a sagement décliné le nouveau poste de secrétaire en charge du Développement industriel lié au dernier remaniement qu’Idrissa Seck a effectué et dont une liste provisoire a été rendue publique dimanche 27 décembre 2020.

« Après ma destitution du poste de vice-président de Rewmi suite à ma dernière sortie à l’assemblée nationale, lors du passage du ministre de l’Agriculture, j’ai pris connaissance ce jour de ma nomination de secrétaire national chargé du développement industriel. Je décline ce poste ».

Tout en remerciant son futur ex-mentor, Déthié Fall semble avoir le regard ailleurs. Il n’a pas manqué de lancer une pique puisqu’il a donné rendez-vous très prochainement pour son engagement politique « exclusivement orienté au service du peuple sénégalais ». Qui ne le fait pas ? Allez savoir !

Mais, Idrissa Seck, habitué des grands départs, garde sa dextérité à dénicher de grands talents. Très souvent touché par ces départs sans jamais couler, l’ancien Premier ministre trouvera certainement des ressources pour créer un autre Déthié Fall.

Depuis son départ en tant que dirigeant de formation politique, porté par le Front pour le Progrès et la Justice (créé par professeur Insa Sankharé), devenu Rewmi suite à la résolution no 1 adoptée par son 1er congrès ordinaire du 2 octobre 2006, l’ancien maire de Thiès a enregistré de nombreuses et lourdes pertes en terme de ressources humaines. Le dernier, avant celui de Déthié Fall qui se profile à l’horizon, est le départ du juriste Abdourahmane Diouf.

Ce natif de Rufisque avait séduit son monde par sa pertinence et sa connaissance des sujets qu’il abordait. En avril 2019, il mettait fin à son compagnonnage avec Idrissa Seck parce que « d’autres devoirs de l’heure, moins politiques, exigeant sa considération et sa disponibilité entières, l’appellent ».

Bien avant ces derniers, il y a le cas de l’ancien président de l’Assemblée nationale, Youssou Diagne. Débauché par le président Macky Sall alors qu’il était le numéro 2 du leader de Rewmi, il sera suivi par Pape Diouf et Oumar Guèye. Tous deux membres du gouvernement, ils avaient refusé de suivre Idrissa Seck dans sa décision de quitter la coalition Benno Bokk et le gouvernement quelques mois après la victoire de Macky Sall contre Abdoulaye Wade à laquelle leur formation a activement participé.

Oumar Sarr, député, éminent membre fondateur de Rewmi, a démissionné en 2015, en pleine session parlementaire, privant même les partisans d’Idrissa Seck d’un groupe parlementaire.

Ces derniers avaient été suivis en 2012 par la notaire Nafissatou Cissé, l’ancien administrateur de Fonds national pour la promotion de l’emploi des jeunes (Fnpj), Wally Fall, par ailleurs ex-maire de Dieuppeul-Derklé Castors. Ousmane Thiongane, responsable de la communication du parti jusqu’à l’élection présidentielle de 2012 s’est séparé aussi d’Idrissa Seck. Thierno Bocoum a pris le même chemin, pour mettre en place son mouvement Agir (Alliance générationnelle pour les intérêts de la République). Toutefois, malgré sa décision de quitter Rewmi pour « poursuivre son combat politique autrement, avec des compatriotes du Sénégal et de la diaspora… », il est revenu à la case départ, pour soutenir la coalition drivée par Idrissa Seck. Comme quoi, l’ancien maire de Thiès n’a pas que des reproches. C’est peut-être ces qualités qui l’amènent à toujours régénérer son parti malgré les départs continus de ses cadres et à tenir politiquement…

%d blogueurs aiment cette page :