GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Défenestration de Dakar Dem Dikk: Me Moussa Diop, un frustré entré en rébellion Par Charles SENGHOR

Directeur général de Dakar Dem Dikk pendant un peu plus de six ans avant d’être chassé, Me Moussa Diop, connu pour son franc-parler, est entré en rébellion. Pour aider à bouter Macky Sall hors du pouvoir ?

Débarqué de son moelleux fauteuil de Directeur général de la société de transport interurbain, Dakar Dem Dikk, où il a passé six années, un mois et dix jours, Me Moussa Diop, leader du Parti Ag/Jotna, allié du président Macky Sall, a pris ses aises. Officiellement, l’ancien coordonnateur de la coalition Macky 2012 a été victime de son discours sur le 3e mandat. Macky Sall a interdit tous ses alliés d’en parler. Mais, fidèle à son franc-parler, celui qui avait demandé au président Macky Sall de décaper la route Ilaa Touba pour avoir perdu la présidentielle de 2019 dans la capitale du Mouridisme, n’a pas tergiversé quand il a été interrogé dans une émission de la 7 Tv. « L’affaire 3e mandat est révolue dans le monde. Il faut le dire… La mouvance présidentielle condamne ce qui se passe dans les salons et n’ose pas le dire à travers les médias… », avait-il lancé, exhortant Macky Sall de ne pas écouter son entourage qui manigance pour un troisième mandat qui ne passera plus à cause de l’opposition des Sénégalais. Comme ils l’ont fait contre le 3e mandat de son prédécesseur, Me Abdoulaye Wade.

Mais, cette version n’est pas la seule ou n’en est pas une car, entre Me Moussa Diop et Macky Sall les relations n’étaient plus huilées. Le natif de Podor se plaisait à évoquer le fait que la lettre de demande d’audience adressée au chef de l‘Etat au nom de Macky 2012 n’a jamais eu de réponse. Une forme d’humiliation, de manque de considération qu’il a eu du mal à digérer. D’autres versions évoquent des malversations financières au sein de l’entreprise dont il avait la charge. En bon stratège politique, sachant que les Sénégalais adulent les personnes considérées comme des victimes, il a poussé le président Macky Sall à le décharger en évoquant le 3e mandat.

Ce limogeage sera suivi de sa défénestration de la coordination de la coalition Macky 2012 après la fin de sa suspension de six mois. «La Conférence des leaders de la coalition Macky 2012 a tenu, à son siège, le jeudi 3 septembre 2020, la réunion de la conférence des leaders aux fins d’évaluer la vie de la coalition et d’analyser la situation politique nationale du pays», soulignait le communiqué. Après cela, l’avocat inscrit au barreau de Paris et connu pour sa liberté de ton, continuera d’essuyer les tirs groupés de la coalition Benno bokk yakaar.

Franc-parler

Attaqué de toutes parts dans la coalition Benno bokk yakaar, Me Moussa Diop a annoncé sa démission de la coalition présidentielle, « pour ne pas gêner certains de ses amis ». « Pour ne pas gêner certains, je préfère quitter la coalition Benno Bokk Yakaar et je l’assume entièrement », a déclaré le leader de l’Alternative générationnelle sur la Tfm. Il a promis de déposer sa lettre de démission qui confirme sa sortie de la mouvance présidentielle, mais également compte quitter la coalition Macky 2012. Téméraire, il n’hésite pas à faire dans la menace, défiant tous ses détracteurs, même le président Macky Sall. « Tout ce que j’ai fait à Dakar Dem Dikk, j’en détiens copie. Qui m’attaque verra… même le président Macky Sall… », laisse-t-il entendre, justifiant les dossiers confidentiels de l’entreprise qu’il détient par devers lui.

Sans langue de bois, cet avocat de 52 ans ne se cache pas quand il doit dire les choses, même les plus sensibles. L’on se rappelle, le lendemain de l’élection présidentielle de février 2019 après la défaite de la majorité présidentielle à Touba. Sans sourciller, Me Moussa Diop a choqué son monde en commentant les résultats. «Quand j’ai entendu les résultats de Touba, je n’ai eu qu’une seule idée en tête, c‘est de prendre un bulldozer et d’aller raser Ila Touba et en faire Ila Fouta», notait alors l’ex-Dg de DDD. Et d’ajouter : « Macky doit arrêter d’investir à Touba».

… et provocateur

Désormais à la lisière de cette coalition qui a fait monter le président Macky Sall en 2012 au palais présidentiel, l’avocat ne se lasse pas de provoquer son ancien mentor en jetant des pierres dans son jardin. Il a lancé un coup de gueule lors de la dernière ouverture gouvernementale qui a permis à des partis de l’opposition comme le Rewmi d’Idrissa Seck de faire son entrée. « Si je savais que Macky Sall allait donner tout le fruit du travail que nous avons fait à Idrissa Seck et autres, je ne l’aurais pas soutenu … », a regretté celui qui a fait entrer Macky Sall en 2012 pendant que certains ne voulaient pas de lui, avant de lancer une « longue marche et elle sillonnera tous les départements du pays ». Assurant sa candidature à la mairie de Podor, l’avocat n’écarte pas de briguer le suffrage des Sénégalais en 2024, lors de l’élection présidentielle.

Mais les coups de boutoir de cet avocat « qui n’a aucun problème personnel avec Macky Sall » sonnent-ils comme un divorce définitif ? Va-t-il aider à bouter hors du pouvoir celui qu’il a aidé à le conquérir ? La suite des évènements politiques nous a montré que rien n’est moins sûr. Les morceaux pouvant toujours être recollés.

%d blogueurs aiment cette page :