GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Décès d’Alioune Badara Cissé : Les principes jusqu’au dernier souffle

Alioune Badara Cissé est parti à jamais. L’ancien médiateur de la République qui vient à peine de boucler ses deux mandats de six ans est décédé samedi 28 août 2021 à l’hôpital principal de Dakar (Hpd), plongeant le Sénégal, particulièrement ses familles biologique et politique dans l’émoi.

Avocat de profession, Alioune Badara Cissé qui aura été de tous les combats aux côtés de Macky Sall pour la mise en place de l’Alliance pour la République, a occupé le poste de ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur. Au sein du Parti, il sera le coordonnateur national et même son numéro II.

Malgré les péripéties de la vie qui l’ont écarté du pouvoir dirigé par son ami Macky Sall, le natif de Saint-Louis, n’a jamais abdiqué sur les principes. Jusqu’à son dernier souffle, il a défendu, en bon avocat, des causes justes, se rangeant toujours du côté des plus faibles.

Nommé en août 2015 médiateur de la République, il continuera de veiller à régler les conflits.

Aujourd’hui, c’est en particulier le président Macky Sall qui perd un ami, un compagnon… « Je suis très peiné d’apprendre le décès de Me Alioune Badara Cissé, membre fondateur de l’APR, ancien Ministre des affaires étrangères et ancien Médiateur de la République. Je rends hommage à un homme de conviction et un brave compagnon. Qu’Allah l’accueille en son Paradis », a réagi, sur sa page Facebook, le président Macky Sall. Comme Macky Sall les éloges ont afflué.

Le son de vie

L’unanimité des témoignages post-mortem ne doit pas occulter le vrai son : Alioune Badara Cissé dérangeait dans un monde où la bêtise est érigée en mode vie.
Le son de vie qu’il a fait tinter n’a pas eu la résonance sociale qu’il fallait, dominé qu’il a été par ce que dit l’adage économique sur la fausse monnaie qui chasse la bonne ; c’est le théorème d’économie dit loi de Gresham.

%d blogueurs aiment cette page :