GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Contribution: Faut-il être diplômé pour mériter un poste de responsabilité ? Mamadou Yaya WANE

Un diplôme est une reconnaissance scolaire ou académique obtenue de manière symbolique par une personne physique de la part d’une institution sociale ou politique pour légitimer l’occupation d’une station de responsabilité ou pour passer à un degré supérieur d’étude. En cela, un diplôme est un bel étalon en ce qu’il confère à son détenteur un mérite dans une perspective de sélection.

En effet, depuis bien longtemps, nos pays, dans toutes leurs instances décisionnelles, ont toujours usé de ce critère de sélection pour délibérer à propos de situation de sélection pour s’assurer d’être dans le respect de l’éthique et surtout du pouvoir du mérite. Il faut bien noter que lorsqu’il s’agit de nos pays anciennement colonisés, le diplôme dont il est question est celui obtenu à la suite d’un cursus d’études avec le programme et sous l’obédience des idéologies coloniales. Celui qui voudrait bien être considéré comme diplômé ou intellectuel doit d’abord faire l’école des “blancs”. C’est le seul chemin intellectuel qui est de rigueur pour légitimer l’occupation de hautes sphères sociale ou politique.

Prenons le cas du Sénégal. Dans notre pays, il est clairement stipulé d’abord qu’on ne peut pas prétendre à la magistrature suprême sans être un locuteur aguerri du français. Cet exemple est très éloquent en ce qu’il nous fait bizarrement penser qu’il faut être touché d’une idéologie colonialiste pour diriger notre pays qui est censé être un pays libre, souverain et indépendant. Cinquante ans après les indépendances, les textes régissant la vie publique du Sénégal restent, dans leur substance la plus pure, immuables de toutes réformes sérieuses prenant en compte nos véritables réalités, inertes de toute substance vitale de la véritable essence du Sénégal. C’est à croire que nous ne savons ou ne voulons pas vraiment réformer les choses. La France elle-même, celle de qui nous tirons cette idéologie, ne cesse d’opérer des réformes en tous genres et dans tous les domaines de sa vie publique. Ceci devrait nous montrer encore plus que le système que nous avons hérité d’elle n’est pas totalement parfait, mais plutôt perfectible autant que n’importe quel autre système humain.

Les systèmes sont des corps qui doivent être maintenus en vie par une tension continuelle de réformes, d’adaptation, de réajustements, de pensées multiples et dynamiques. Pourquoi continuons-nous à être figés sur le principe de la pensée unique et immobile ? Loin de vouloir dénigrer le système basé sur les diplômes, nous proposons de le repenser de manière ininterrompue. Nous proposons que l’on continue de parfaire nos systèmes en pensant et intégrant les différences. Comme par exemple, pour certaines fonctions, avec plus de souplesse, que l’on ne se borne pas seulement sur les diplômes obtenus par les candidats pour choisir. On peut aussi prendre en compte l’expérience “vécue” dans ce domaine pour peut-être délibérer quant à la capacité d’une personne à bien conduire ce travail. Surtout dans le domaine politique, les nominations ne devraient pas forcément dépendre que de diplômes, de catégorie A ou B d’une quelconque hiérarchie. Prenons aussi en compte son expérience dans le milieu. Certains diront que le diplôme fait la compétence d’une personne pour un travail donné. D’autres affirmeront que ce serait plutôt l’expérience qui devrait primer. En tout cas tous les deux camps ont touché la moitié de la vérité. Et que le seul juge serait le résultat obtenu par l’un ou l’autre.

Ouverture ! Ouverture ! Voilà ce dont nous avons vraiment besoin pour la bonne marche de notre pays.  Chers Sénégalais, Mahmoud Saleh a une grande expérience et un talent certifié en matière de politique ; alors pourquoi ne pas lui laisser l’opportunité de montrer sa valeur dans ses nouvelles fonctions de directeur de cabinet du président de la République ? Au lieu de le juger sur un diplôme obtenu ou non, pourquoi ne pas laisser ses résultats juger du choix que le président a fait en le choisissant ?

Mamadou Yaya WANE

Président du Parti Indépendant et Démocratique

Membre de Benno Bokk Yakaar

DEA, diplômé en Sciences de l’éducation à l’université Paris -8 France

D.E.S.S  Diplômé d’études supérieures  en Administration et Gestion au CESAG

Master 2 en Droit du Sport à l’UCAD

%d blogueurs aiment cette page :