GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Chamboulement de la magistrature: L’affectation à polémique du juge Souleymane Teliko Sergio RAMOS

Les institutions de la République ne doivent pas être utilisées pour des règlements de comptes personnels

L’affectation du juge Souleymane Teliko à Tambacounda a provoqué beaucoup de remous pour plusieurs raisons : depuis l’arrivée de Me Malick Sall au ministère de la Justice, les coups n’ont jamais manqué. Mais, pas suffisant pour ruer dans les brancards.

La semaine dernière, le président de la République a chamboulé la magistrature. Tous les segments de ce corps ont été touchés. Mais de toutes les affectations qui font le plus parler figure celle du magistrat Souleymane Teliko. Pourtant l’ancien président de l’Union des magistrats du Sénégal (Ums), envoyé dans l’Est du pays, notamment à Tambacounda, n’est le pas le seul à subir ce sort.

Cette manifestation ostentatoire à propos d’une affectation dans une ville du pays doit être la dernière des choses à faire pour un haut fonctionnaire de l’Etat. Ils sont tous appelés à travailler dans tous les endroits où l’Etat qui les paye aura besoin de leurs services.

Tambacounda est une ville où habitent des Sénégalais comme ceux des autres localités du pays. Il y a du bon et du moins bon à l’image de tous les coins du pays. « Monsieur le président Teliko, vous trouverez à Tambacounda des professionnels de l’information et de la communication responsables qui vous seront d’un grand apport. Il y a aussi des radios locales dont la plus écoutée est Alkuma Fm 107.0 créée par un autre self made man Maké Dangnokho. Autre particularité à Tamba, nous sommes un peuple solidaire et assistons aux cérémonies festives et funèbres », soulignait le communicant Falilou Bâ. Et de renseigner : « “Fi beu Tambacounda Amena Nopoloukay” chantait le grand artiste Youssou Ndour. Il n’avait pas tort. C’est devenu une lapalissade aux fonctionnaires affectés à Tamba de dire qu’il s’agit d’une sanction. C’est de la légende Monsieur le président Téliko. Il fait bon vivre à Tambacounda avec une population accueillante et courtoise. La chaleur humaine prime sur la canicule qui est une contrainte climatique. Si seulement il n’y avait pas cette chaleur qui fait le charme de Tambacounda, nous serions les plus peuplés du Sénégal tellement qu’il fait bon y vivre. Les fonctionnaires avaient la trouille d’y venir tellement qu’on leur a dessiné un tableau sombre tout à fait faux. Certains sont arrivés à Tamba avec un sac ou une valise. Après plusieurs années de bons et loyaux services, à leur affectation ailleurs, garent un camion pour y mettre leurs bagages ».

Changer d’air

En tout état de cause, il est temps pour les fonctionnaires de penser que Dakar est le seul lieu où ils doivent évoluer. Certains de leurs camarades ont également envie de changer d’air. Mais, le bruit occasionné par l’affectation de l’ancien président de l’Ums peut être compréhensible à bien des égards : depuis son arrivée à la tête de ce département, Me Malick Sall a eu des comportements qui peuvent nourrir des sentiments dans la tête de Souleymane Teliko. Sa fameuse phrase : “Je n’ai rien fait” en dit long de la brouille qui divise ces deux hommes. Si la réponse du ministre, “on a besoin d’hommes expérimentés” à Tambacounda vient fondamentalement du cœur, tant mieux. Mais si cette affectation est une sanction contre le juge pour avoir fait son travail en son âme et conscience, il faudrait bien que le ministre de la Justice, garde des Sceaux, éclaircisse et rende bien des comptes aux Sénégalais : les institutions de la République ne doivent pas être utilisées pour des règlements de comptes personnels ; les institutions sont sacrées et ne doivent en aucun cas servir des intérêts crypto-personnels.

Il n’y a pas longtemps, le directeur de cabinet de ce ministère a été relevé de ses fonctions pour avoir refusé de suivre les desiderata de son patron. L’homme avait décidé d’aller aux élections locales prévues le 23 janvier 2022 sur une bannière opposée.

%d blogueurs aiment cette page :