GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Carapa Procera (Touloucouna), huile D’Andiroba ou huile miracle Par Ndeye Fatou DIONGUE

D’après une certaine légende, la production de l’huile de « Touloucouna » (nom en wolof) serait strictement réservée aux vieilles femmes (ayant atteint l’âge de la ménopause) avec un caractère fidèle et un comportement exemplaire dans leurs vies de couple. Ce sont ces mêmes vertus qui valorisent mystiquement cette huile rare et précieuse que l’on trouve spécifiquement dans certaines zones du Sénégal, plus particulièrement en Casamance. Très précieuse, l’huile de Touloucouna est une huile aux vertus plus que réparatrices.

De son nom scientifique Carapa procera, le touloucouna est une espèce de la famille des Meliaceae et du genre Carapa. Son nom diola est Noutognaye. Son habitat naturel est l’Afrique occidentale, mais il peut se trouver au nord du Brésil. L’arbre peut atteindre jusqu’à 35 m de hauteur. Il peut vivre en peuplement avec d’autres espèces et parfois sert de support aux lianes. Les fruits du carapa de couleur marron ont la taille d’un petit melon. Ils s’ouvrent à maturité et laissent apparaître des petites noix de forme pyramidale. Ces noix peuvent être semées si on les débarrasse de leurs coques. Ainsi, pour que le carapa se régénère naturellement, il nécessite un intermédiaire ; sa noix doit être avalée et digérée par un animal (un rongeur par exemple) puis rejetée par défécation. Le carapa est souvent victime de problèmes physiologiques (stress hydrique, facteurs climatiques etc.).

Utilité

Le carapa est une plante médicinale par excellence. Les graines sont transformées en huile de « Touloucouna » (en wolof), qui est utilisée en frictions contre les douleurs musculaires, les maux de ventre et de nombreux problèmes dermatologiques. Les feuilles riches en minéraux donnent une tisane fortifiante, notamment pour les femmes après l’accouchement. La décoction de l’écorce est amère et tonique : elle sert à guérir les maux de poitrine, les courbatures, les maux de reins et les débuts d’hernie. Quant à son bois résistant aux termites, il est utilisé en ébénisterie (Source : ecofund).

Usage cosmétique : Aux propriétés revigorantes, émollientes et nourrissantes, elle est applicable sur la peau et les cheveux, directement ou dans des formulations (savons, shampooing).

Usage médicinal : Longtemps utilisée en pharmacopée traditionnelle, l’huile de Touloucouna est anti-inflammatoire, antiparasitaire, antalgique (contre les rhumatismes, les douleurs musculaires). Décontractante, elle est utilisée comme huile de massage. Elle sert également au traitement de maladies de la peau (lésions cutanées, psoriasis) et est cicatrisante. Elle est efficace contre la cellulite.

Usage domestique et/ou alimentaire : Huile comestible mais dont la consommation n’est pas aisée du fait de son amertume. Elle sert comme huile à brûler pour les lampes à huile et est utilisée pour protéger le bois contre les parasites. Elle a un effet répulsif contre les poux et autres piqûres d’insectes (Source : baobab-des-saveurs).

Témoignages

D’après nos interlocutrices, l’huile de Touloucouna est très appréciée et recommandée par ceux qui l’utilisent.

Selon Mère Coly (vendeuse d’huiles essentielles) : « Je vends beaucoup d’huiles, huile de baobab, huile de palme, huile d’argan, etc., mais l’huile de touloucouna est une huile très spéciale, aux multiples vertus ; nous, « Diolas », en connaissons très bien l’utilité. Par ailleurs, à chaque fois que je reviens de mon village en Casamance, j’en ramène car mes clientes à Dakar le réclament sans cesse. C’est une huile que je conseille car elle est remplie de bienfaits ».

« Je vis en Italie avec mon mari et mes trois enfants, c’est là-bas où j’ai mis au monde mon troisième enfant. Après l’accouchement, vu que j’étais loin de ma famille, je n’avais personne pour me faire le fameux massage traditionnellement appelé « daamp » en wolof. Et depuis, je ressentais des douleurs atroces au niveau de mes côtes ; mais depuis que ma mère m’a envoyé l’huile de touloucouna, que j’utilise comme massage, je suis en pleine forme, alhamdoulilah. », confie Aïssatou Guèye, satisfaite de cette huile miraculeuse.

D’après Rouguiyatou : « Ma grand-mère est de la Casamance et je sais de quoi je parle. Cette huile est plus que miraculeuse, c’est une huile ’’soigne tout ’’. C’est hyper bon pour la peau, les cheveux et efficace sur la peau des bébés. Quand on la boit, c’est comme un vaccin. Machallah. »

%d blogueurs aiment cette page :