GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Les 100 jours : Diomaye, médaille d’or… noir

Diomaye et l’or noir 

Le « rendez-vous » double…

Il arrive dans la vie des hommes et des femmes que les signes du ciel soient reçus en pleine mer…

Les «100 jours » du président Bassirou Diomaye Faye resteront historiquement illuminés par un « grand soleil » qui a achevé sa course dans la mer proche…
2 avril 2024 (le poisson a été évité in extremis) : prestation de serment du cinquième président de la république du Sénégal
C’était à Diam Niadio, loin de la capitale Dakar, c’était l’autre matin au Centre international de Conférence Abdou Diouf qui a porté un premier nom de baptême : « Le miroir des baobabs »…
Adansonia digitata : mon ombre est sérère…
10 juin 2024 : extraction du « premier baril » de pétrole brut du champ de Sangomar…
Sangomar : pays sérère…
Îles du Saloum…
N’oublions pas notre histoire : l’avion mis à la disposition du président Léopold Sédar Senghor avait reçu comme deuxième nom de baptême : «  la Pointe de Sangomar »…
Le Floating, Production, Storage and Offloading (FPSO) a été « baptisé » : Léopold Sédar Senghor
25 juin 2024 : l’hélicoptère s’est posé sur le FPSO du champ de Sangomar avec à son bord le président Bassirou Diomaye Faye.
Il arrive dans la vie des hommes et des femmes que les signes du ciel soient reçus en pleine mer…
Les « 100 jours » du président Bassirou Diomaye Faye portent comme un trésor caché au fond de l’océan, la marque indélébile de l’or noir…
Encre indélébile du 24 mars 2024…
Or noir du 10 juin 2024…
Cent jours se sont écoulés mais que retiendra l’histoire :

les « assises de la justice » et ses conclusions à valider ?
Le «  coup de pelle » historique du 5 juin 2024 donné dans le jardin du palais par le président Bassirou Diomaye Faye, dans le cadre de la journée mondiale de l’environnement ?

Le président Diomaye a posé un acte citoyen « vert » le 5 juin 2024, dans le cadre de la journée mondiale de l’Environnement : il a pris la décision de planter un corossolier dans les jardins du palais ; mais surtout il a démontré « aux yeux du monde » qu’il connaissait parfaitement le « monde rural » : il a tenu une pelle avec toute la technique requise et il a manié la pelle avec une dextérité rare… Des cinq présidents élus du Sénégal, il apparaît comme le meilleur dans cette technique si particulière. Tous les présidents qui l’ont précédé dans cette noble fonction n’ont jamais, que je sache, montré une telle technique. Le « monde paysan » ce jour-là, les autres jours viendront, a reconnu un de ses fils…. C’est tout à son honneur
L’avenir de notre continent – l’Afrique- dépendra encore beaucoup du « monde paysan » qui pourra créer les conditions de son développement harmonieux.
Poursuivons notre petite liste de questions.
Les décrets pris par le président de la République ?
La nomination du Premier ministre, Ousmane Sonko ?
La formation du gouvernement ?
L’adresse à la Nation du 3 avril 2024 ?

Les analystes politiques auront certainement repéré d’autres actes importants posés par le président Bassirou Diomaye Faye.
Les « 100 jours » comprennent et ouvrent le « cycle du pétrole sénégalais » sur une échelle élargie, en attendant le « cycle du gaz naturel » qui devrait s’ouvrir dans quelques mois…
Le discours tenu sur les revenus qui seront tirés de l’exploitation du pétrole et du gaz et qui devront profiter aux générations actuelles et futures est constant voire « répétitif »….
La « répétition est pédagogique », le message délivré a été entendu.
Les « 100 jours » portent en leur sein la production de pétrole initiale…
Le « premier baril » extrait du sous-sol (offshore) sénégalais vient nous rappeler que l’économie nationale verra bientôt des ressources financières nouvelles arriver dans les caisses de l’Etat ; ces ressources devraient pouvoir financer des projets de développement bien identifiés et apporter de l’oxygène au budget de l’Etat. Les populations pourront bénéficier de toutes les retombées de la production de pétrole et de gaz naturel.
« Tout ce qui brille n’est pas or… »
La devise est connue et assimilée…
Faire coexister sur le papier « or » et « noir » est un choix ancien qui annonçait pour les pays dotés de ressources pétrolières un « jour nouveau », pour les économies et en principe pour les populations.
Le Sénégal depuis plusieurs années reste ancré dans le « temps politique »… Le « temps du pétrole » qui s’ouvre et qui dessine de nouvelles perspectives sera inclus dans le « temps politique » mais il restera différent de celui-ci… Les « 100 jours » du président Bassirou Diomaye Faye comportent donc historiquement plusieurs temps qui ressemblent aux fameuses «  poupées russes »…
Les fameuses « poupées russes » que j’ai reçues comme cadeau symbolique du Pr Trokhine, un de mes éminents professeurs russes – j’ai été formé par des professeurs russes pour l’essentiel- à l’Institut National des Hydrocarbures et de la Chimie (INHC ) de Boumerdès qui a célébré le 24 juin 2024 les «  soixante ans » de sa création.
Petit clin d’œil à l’histoire : j’ai soutenu mon mémoire de fin d’études (je suis ingénieur en économie pétrolière) le 1er juillet 1979…
Le président de mon jury de soutenance était le Dr Mourad Belguedj (PhD) directeur des exportations gaz de la Sonatrach. L’or noir coule…Les « 100 jours » se sont écoulés…
Le Sénégal continue…

Vovo Bombyx
27/6/2024