GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Chronique : As-tu vu, as-tu entendu, as-tu senti ?

Chronique

As-tu vu, as-tu entendu,          as-tu senti ?

As-tu vu les ruines fumantes de ce qui étaient des maisons, des demeures ou des foyers ?
As tu entendu les pleurs et les cris de ces petits enfants noyés dans les nuages de poussière soulevée par les énormes bombes américaines larguées par les preux pilotes descendants des victimes de la Shoah chevauchant leurs montures infernales venues des usines des géants de aéronautique du nouveau monde ?
As-tu vu cet enfant amputé qui ne pourra plus sautiller, gambader, courir ou même marcher ?
As-tu vu ce gamin blessé aux yeux et qui ne verra plus jamais la lumière du jour ?
As-tu vu ceux qui défilent dans les ruines de la ville à la recherche des membres de leurs familles peut-être pulvérisés lors de déflagrations des engins de mort fabriqués dans ces lointains pays où la moindre explosion provoquée par un illuminé vient alimenter les sources de la haine et du racisme ?
As-tu vu les visages sans expression de ces personnes qui cheminent en longues théories et ne sachant pas où trouver asile ou protection ? Elles sont allées dans les lieux de culte, dans les sites diplomatiques, dans les temples du savoir, dans les hôpitaux et même dans les cimetières. Hélas, nul endroit ne peut les soustraire de l’implacable marteau du premier des ministres dont certains des collègues voient en elles des animaux humains.
Sens-tu la douleur de cette mère tenant le corps inerte et ensanglanté de son enfant qui peut-être ne lui sourira plus jamais ?
Sens-tu le désespoir de cette femme qui ne reverra plus jamais les membres de sa famille ensevelis sous les décombres de leur maison détruite par une monstrueuse et mystérieuse explosion ?
As-tu vu,
As-tu entendu,
As-tu senti,
As-tu… pleuré devant tant de souffrances et de folies ?

Ababacar Sadikhe DIAGNE
Dakar le 8 juillet 2024.

 

Je suis resté allusif mais il sera facile de savoir de quoi et de qui ce texte est consacré.