GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Zemour et son Nègre Qu'est-il allé faire dans cette galère ?

Zemour, le jeune français

d’origine  malienne et les immigrés

Depuis un certain temps sont diffusées des vidéos montrant un jeune noir tenant des propos extrêmes contre les immigrés, notamment africains, que même rares seraient les racistes qui oseraient les proférer.

Il serait un zélateur de Zemour lequel, dans sa dérive langagière, accusait les immigrés sénégalais d’être d’invétères trafiquants de drogues, mettant ainsi dans le même sac la majorité d’honnêtes ressortissants du pays de la “Téranga” avec des marginaux qui existent dans toutes les communautés.

En retenant son approche, ne pourrait-on pas lui rappeler qu’il porte le nom de Zemour, malgré la subtilité orthographique qui veut le distinguer des Zemmour (deux M) eux aussi originaires de Sétif ? Ces Zemmour ont été durant  les années soixante-dix dans le crime organisé en France et avaient investi quasiment tout le spectre de criminalité ; il est sage de balayer devant sa porte avant d’aller chez le voisin.

À propos de ce jeune Malien  “Zemourâtre”, on ne peut que s’étonner qu’une famille de sensibilité politique droitière adopte un petit noir ! À moins que…

À moins que cette famille n’ait eu, dès le début, le projet d’en faire le singulier individu qu’il est devenu : xénophobe et raciste.

Les générations actuelles en France ignorent certains  faits historiques à  l’actif des gens de droite et de l’extrême-droite dont la trahison  à l’endroit de leur patrie et la collaboration avec les envahisseurs germaniques parmi lesquels des nazis. Ceci se passait au même moment où  le général Philippe de Hautecloc, plus connu sous le pseudonyme de général Leclerc, partait du Tchad avec une colonne de soldats essentiellement constituée d’Africains (il lance le 22 décembre l’offensive sur le Fezzan et conduit sa colonne, forte de 4.000 Africains et 600 Européens) pour remonter vers la France.

Lorsque cette colonne, devenue la 2ième division blindée (DB), devait rentrer dans Paris, elle fut blanchie et les Africains furent remplacés des leucodermes, pour parler comme Cheikh Anta.

Les immigrés polonais et les républicains espagnols, réfugiés en France après leur défaite, ont également pris part à la libération de la France tandis que des industriels comme Renault, dans l’automobile, et Devoïtine, dans l’aviation, collaboraient avec l’occupant.

L’extrême droite,  après ses turpitudes lors de la deuxième guerre mondiale,  s’était faite discrète pendant une longue période à cause de l’opprobre et du discrédit qu’elle portait et était totalement marginalisée.

Pensant sans doute que son peu glorieux passé est sorti des mémoires, elle revient en force sur la scène politique française avec des individus comme ce jeune malien et Éric Zemour dont les parents sont des pieds noirs séfarades originaires de Sétif en Algérie.

Sentant certainement que leur francité, comme dirait Senghor, est quelque part artificielle, ils font preuve d’un zèle extraordinaire dans leur xénophobie maladive pour faire sentir qu’ils seraient plus français que ceux de souche.

Triste complexe !

Ababacar Sadikhe DIAGNE

%d blogueurs aiment cette page :