GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Yaare Lao (Podor): Quand le parfum “boul faale” sert d’alcool de substitution aux jeunes éleveurs, disciples de Bacchus Par Habib KÂ

Décidément,  les jeunes éleveurs, disciples de Bacchus du village de Yaare Lao de la Commune de Doumga Lao (Podor) sont pleins d’aplomb.

Faute de dosettes qu’ils se procuraient facilement à cent francs, ces jeunes alcooliques entre quinze et vingt ans d’âge se sont rabattus sur le parfum “Boul Faale” qu’ils consomment à fortes doses pour s’enivrer, occasionnant des dommages psychiques et corporels irréversibles dans l’organisme.

Toute une jeunesse est en train de sombrer dans ce coin de la région nord. Certains sont devenus des loques. Sous la dépendance de l’alcool, ils vendent tout ce qui est à portée de main : bijoux, bétail,  dénonce un vieux père de famille excédé.

Puis de poursuivre : “Coupe-coupe ou couteaux à la main, ils menacent de viol les filles, les femmes, les paisibles citoyens dans les rassemblements, à la mosquée. Personne aujourd’hui n’ose organiser une cérémonie sans une présence remarquée des forces de l’ordre de crainte de voir toute l’assistance dépouillée de ses biens”.

Les populations de Yaare Lao, conscientes du danger de ce fléau qui est en train de décimer sa jeunesse et fouler au pied leur culture, leur dignité, ont convoqué une assemblée générale en présence des autorités locales pour dire stop, plus jamais ça.

Désormais, le commerce du produit “Boul Faale” qui initialement entré dans la préparation des encens, ainsi que les dosettes d’alcool frelatés sont prohibés dans la zone.

Ces mesures conservatoires seront-elles suivies d’effets ?

%d blogueurs aiment cette page :