GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Variant Omicron Omicron : Ne Pas Perdre Le Nord !

Variant Omicron

 

Ne pas perdre le Nord

 

Le variant Omicron pourrait avoir des origines autres qu’africaines, si l’on en croit la Zambie furieuse d’avoir été mise au ban de la communauté internationale, elle et les Etats de la ligne de front de l’Afrique australe.

Dans une déclaration du 26 novembre du ministère de la Santé et du Bien-être, la Zambie relève que les quatre cas du variant B.1.1529 ont été retrouvés le 7 novembre auprès d’un personnel diplomatique de retour de mission. Selon le protocole, ce personnel a été soumis au test de dépistage le 11 novembre, à la veille de retour aux postes d’affectation et, « contrairement aux spéculations et, dans certains cas, aux insinuations, la vérité est que est que le virus a été détecté dans d’autres pays africains et ailleurs ».

Bien que les diplomates aient rejoint leurs postes, des recherches supplémentaire ont démontré que « tous les cas contacts identifiés en Zambie ne présentent aucun symptôme de Covid-19 et ont tous été testés négatifs ».

Ce communiqué signé par le Dr Christopher Nyanga appelle donc les populations zambiennes à garder leur calme et à ne pas céder à la panique.

Dans tous les cas, l’apartheid dans l’accès au vaccin a démontré ses limites : brésilien, britannique ou sud-africain, le virus sévit plus en Occident que dans les pays où la trace a été retrouvée en premier lieu ; cette première leçon justifie la position du Dr Thierno Dièye qui avait alerté tôt sur la nécessité d’une justice internationale dans la distribution du vaccin anti-virus : « L’OMS a déclaré « suivre de près ce nouveau variant ». Il existe de nombreux variants mais certains n’ont pas de conséquence sur la progression de l’épidémie.

L’apparition de ce nouveau variant soulève le problème lié à la distribution non équitable des vaccins ARNm dans le monde.

J’avais alerté depuis le mois de juillet sur ce problème d’accessibilité des vaccins pour certains pays et particulièrement en Afrique. Avec un risque majeur de voir apparaître des variants plus contagieux et résistants aux vaccins.

Il est temps de revoir la politique sanitaire dans le monde sur la gestion de vaccins ARNm ».

%d blogueurs aiment cette page :