GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Vaccins-Pfizer, Moderna SinoPharm à l’assaut de la Covid-19 Mame Gor NGOM, Rédaction centrale, Le Devoir

L’Amérique et la Chine vaccinent le Sénégal

Quels vaccins pour le Sénégal ? La question se pose de plus en plus depuis l’apparition de la deuxième vague du Coronavirus. Notre pays qui a atteint la barre symbolique  des 500 morts le 15 janvier dernier travaille sur une stratégie de  vaccination pour vaincre le mal. Les autorités misent sur  l’initiative Covax qui propose les firmes américaines  Pfizer et Moderna mais aussi sur le Chinois SinoPharm. Officieusement ?

Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus Directeur Général OMS

Le 13 janvier 2021, deux jours avant la « date fatidique » du 15 janvier avec la barre des 500 décès depuis l’apparition du Coronavirus au Sénégal, en mars 2020,  le ministre de la Santé et de l’Action sociale a fait une « communication sur la stratégie nationale de vaccination contre la Covid-19 ». Une déclaration extraite du communiqué des Conseil tenu ce jour. Une suite logique des instructions du président Macky Sall. Celui-ci avait, le 6 janvier, en Conseil des ministres, demandé « la mise en œuvre de la stratégie nationale de vaccination des populations avec comme cibles prioritaires les personnels de santé, les forces de Défense et de Sécurité et les personnes âgées de plus de 60 ans vivant avec des comorbidités». Ce qui représente environ 20% de la population sénégalaise selon les statistiques données par le ministère de la Santé.

Le président de la République  avait ajouté aussi que « les ressources financières nécessaires, à ce titre, seront mises à disposition afin de faciliter le déploiement rapide du Plan d’introduction de la vaccination».

Deux pistes pour des vaccins contre la Covid-19

Deux pistes se dégagent. Depuis le 15 décembre 2020, Mamadou Ndiaye, directeur de la Prévention, a annoncé la disponibilité au Sénégal  des premières doses de vaccin contre la Covid-19 en mars prochain. Ce sera, ajoutait-il, dans le cadre de l’Alliance du vaccin (Gavi), après homologation par l’Organisation mondiale de la Santé (Oms). Rappelant chemin faisant que depuis 1976 et le début du Programme élargi de vaccination (Pev), le Sénégal n’avait jamais utilisé de vaccin préalablement non homologué par l’Oms.

Le ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr de préciser le 14 janvier qu’il s’agit de l’initiative internationale Covax. Selon l’Oms, c’est une « nouvelle collaboration mondiale novatrice visant à accélérer la mise au point et la production de produits de diagnostic, de traitements et de vaccins contre la Covid-19 et à en assurer un accès équitable ». Le Covax est co-dirigé par l’Alliance Gavi, la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (Cepi) et l’Oms. Le Sénégal devrait donc bénéficier de ce dispositif « pour distribuer des vaccins aux pays défavorisés ».  Pfizer et Moderna, deux firmes pharmaceutiques américaines, sont choisies par l’Oms pour cette initiative Covax.

SinoPharm dans la place

Il y a certes cette initiative mondiale « pour un vaccin accessible à tous » mais le Sénégal semble jouer sur deux tableaux. C’est du moins ce laisse voir un tweet du ministre de la Santé et de l’Action sociale supprimé par la suite.

 « A travers un don de 200.000 doses du vaccin Sinopharm fait au Sénégal, le président Xi Jinping réaffirme son amitié à son Excellence Macky Sall et son attachement à la coopération sino-sénégalaise. Un engagement commun résolu à vaincre le #Covidsn. Ensemble nous vaincrons », tel était le contenu du message supprimé par la suite. Une erreur  stratégique au moment où le Sénégal attend des dons venus d’ailleurs ? Un tweet annonciateur de l’ouverture du Sénégal au-delà du « cercle fermé de l’Oms » ?  En tout cas, il est clair que l’excès de vaccins en ces temps de pandémie et d’incertitudes, ne nuit pas.

%d blogueurs aiment cette page :