GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Université Souleymane Niang de Matam (USNM): On a frôlé le ridicule avec Ndioum, à Podor Par Habib KÂ, Chef du bureau régional de Matam, Thilogne

L’idée était d’une université multisites

La région de Matam devra accueillir pour l’année académique 2024 plus de 18.000 étudiants dans l’Université Souleymane Niang. L’annonce a été faite par le ministre de l’Enseignement supérieur et et de la Recherche scientifique lors d’un Comité régional de Développement (CRD) tenu à Matam.

Quatre sites avaient été retenus pour abriter cette université : Kanel, Matam, Thilogne, Ndioum, Ndioum, distante de Matam exactement de … 200 km, commune du département de Podor, de la région de Saint-Louis dont M. le ministre est l’actuel maire.

Le chef de l’État Macky Sall en a décidé autrement, suite à un conseil présidentiel : l’Université sera édifiée sur un seul site, celui de Matam.

Même si la date de démarrage des travaux d’édification reste à fixer pour que les ouvrages soient réceptionnés dans les délais de rigueur et que la première rentrée académique ait lieu comme prévu en octobre 2024, l’idée, elle, d’une université multisites a commencé à faire des émules.

Des intellectuels, des experts de l’enseignement, des membres de la société civile de la région n’ont pas tardé à se constituer en Collectif pour prouver le bien-fondé de ce choix décentralisé pour l’équité.

En effet, l’Université Souleymane Niang cristallise ces derniers temps des discussions des sommités intellectuelles, des réseaux sociaux qui traduisent l’intérêt que les populations portent pour l’éducation, l’enseignement en général, pour leur région, plus précisément ce projet structurant dans la région de Matam.

Au-delà donc de la disponibilité ou non des moyens, le débat est désormais engagé entre pro université traditionnelle où tous les campus sont concentrés sur un même site et ceux qui, au nom de l’équité territoriale, demandent que les UFR soient réparties comme initialement prévues entre Kanel, Matam, Thilogne.

Le Devoir, par son correspondant à Matam, a eu à rencontrer un des membres du Collectif et vous livrera, in extenso l’entretien.

%d blogueurs aiment cette page :