GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Ukraine : Le Sénégal en bon diplomate Dakar refuse d'être un mouton de Panurge

Crise ukrainienne et position diplomatique du Sénégal

Faut-il suivre aveuglément des amis,

même s’ils sont dans l’erreur ?

La chronique de Ababacar Sadikh DIAGNE

 

Le Sénégal a eu bien raison de n’avoir pas suivi les va-t’en guerre européens, notamment lors des débats et votes au Conseil de sécurité de l’ONU sur le conflit russo-ukrainien. Je crois qu’il faut garder sa liberté d’analyse et d’appréciation et ne pas prendre pour vrai tout ce que disent ou écrivent les diverses sources d’informations.
En effet, les services secrets sont très actifs dans les manipulations et la désinformation, leur raison d’être.
Les partenaires étrangers, que ce soit les Français, les Russes ou les Américains sont, d’abord et avant tout, au service de leur propre pays. Il faut défendre ses intérêts habilement et avec diplomatie, surtout lorsqu’on est un pays avec des moyens limités et pas très puissant comme les ex-colonies africaines de la France.
Cependant, il faut toujours avoir présent à l’esprit que la forme et les mots importent beaucoup dans les relations internationales. Il ne faut pas accepter que ceux qui habitent très loin de ta zone de résidence viennent te mettre à mal avec ton voisin immédiat. En effet, après son départ, tu resteras dans les difficultés avec ce voisin, ce qui t’empêchera d’être dans la paix et la sérénité alors que celui qui t’a poussé dans cette mauvaise direction, lui, veille à avoir de bonnes relations avec ses voisins en jouissant des bienfaits de la paix.
Faut-il être Einstein pour le savoir ?
On peut légitimement douter de l’intelligence de certains dirigeants européens compte tenu de leur enthousiasme à suivre ou à pendre les mesures coercitives préconisées par les USA qui se trouvent à des milliers de kilomètres, contre leur voisine, la Russie, alors que le pays de l’oncle Sam, lui, est en paix avec le Canada et le Mexique, ses voisins ! Où est l’erreur ?
Cette guerre a-t-elle des effets positifs pour qui sinon pour les industriels de l’armement vu que l’essentiel de l’aide des Occidentaux à l’Ukraine est constituée de matériels militaires.
Le Général Dwight David Eisenhower avait bien raison de mettre en garde, au moment où il quittait le pouvoir, le peuple américain, contre le complexe militaro-industriel qui risquait d’avoir une influence excessive sur l’Etat. Sommes-nous dans la situation entrevue par ce général visionnaire ?
Pour les dirigeants européens, notamment français, je suis tenté de poser la question :  “Où sont les de Gaulle, les Chirac et autres Mitterrand de notre époque ?”

Ababacar Sadikhe DIAGNE

ingénieur diplômé de l’Ecole nationale de l’Aviation civile ENAC (Toulouse France)

et du Massachusetts Institute of Technology MIT (Cambridge USA).

%d blogueurs aiment cette page :