GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Tyrannie de l’opinion et des réseaux sociaux, ruse de Macky Sall: Khalifa Sall poussé dans ses derniers retranchements fait feu de tout bois Sergio RAMOS

Le leader du mouvement Taxawu Sénégal, Khalifa Sall, piqué par les commentaires suite à la visite du président Macky Sall à son domicile, a procédé à un règlement de compte même avec son hôte du 27 juin dernier.

Connu pour son calme et sa sérénité, Khalifa Ababacar Sall a montré son côté sensible samedi dernier alors qu’il participait à un meeting organisé à Fatick par un de ses partisans, en l’occurrence Made Codé Ndiaye.

L’ancien maire de Dakar est particulièrement intraitable à l’endroit d’une certaine opinion qui lui en veut d’avoir reçu le président Macky Sall, parti lui présenter ses condoléances à la suite du rappel à Dieu de sa très chère mère.

Macky Sall était au domicile familial du leader du mouvement Taxaw Sénégal le dimanche 27 juin dernier, en toute discrétion, seul avec son véhicule.

Mais, au niveau des réseaux sociaux, de nombreux internautes n’ont pas raté Khalifa Ababacar Sarr. Pour eux, il ne devait pas recevoir Macky Sall, responsable, selon eux, de sa déchéance politique. Après avoir perdu son mandat de maire, Khalifa Ababacar Sall a été déchu de celui de député avant de purger une peine carcérale.

Macky Sall peut venir chez moi

Mais qu’à cela ne tienne : l’ancien parlementaire ne veut pas d’un diktat de l’opinion. Il l’a fait savoir en se braquant. « La tyrannie de l’opinion et des réseaux sociaux ne peuvent rien contre moi. Macky Sall peut venir chez moi, je le reçois », a souligné l’ancien maire de la capitale sénégalaise, notant que cette visite a suscité un grand débat. Piqué par ce comportement « tyrannique » de l’opinion et des réseaux sociaux, Khalifa Sall montre qu’au-delà de tout, il est responsable des actes qu’il pose. « J’ai reçu le président Macky Sall chez moi ; si c’était à refaire, je l’aurais refait. Je le recevrai et je le recevrai bien parce qu’il a le droit de venir me présenter ses condoléances », a-t-il martelé, insistant qu’il a le droit de le recevoir et sans la permission de personne.

D’ailleurs, pour marquer cette responsabilité, le Socialiste a vite remis les pendules à l’heure à propos du sobriquet de Gloria utilisé par le président Macky Sall pour parler d’un rapprochement qui lui a été vite collé. Visiblement remonté contre son hôte du dimanche 27 juin 2021, il n’a pas hésité à vider sa bile. « La ruse, c’est qu’après cette visite, il est parti à Thiès pour déclarer que Gloria arrive », se désole-t-il, non sans s’empresser de préciser qu’il ne mange pas de ce pain. « Je suis allergique au lactose », a-t-il lancé, estimant certainement mettre fin à cette « ruse présidentielle et à cette tyrannie de l’opinion et des réseaux sociaux.

Déception

Selon des sources bien introduites, Khalifa Ababacar Sall a manqué de sérénité ces derniers temps pour mille et une raisons. « Khalifa Sall n’est pas aidé par son camp ; je crois qu’il est très partagé et ne sait pas véritablement la position à prendre pour les responsables de son mouvement, notamment à Dakar, dans le cadre des élections locales à venir », nous souffle-t-on. A en croire nos interlocuteurs, Khalifa Sall qui se distingue généralement par sa sérénité panique quelque peu. Car, il ne sait toujours pas de quoi sera fait son lendemain, notamment à cause de la nouvelle loi sur le code électoral. « Khalifa Sall avait quelques espoirs de sortir de l’épée de Damoclès qui pèse sur sa tête ; il pensait que sa situation serait réglée dans le cadre du dialogue politique. Mais visiblement ce n’est pas le cas et cela le perturbe quelque peu », justifie-t-il.

%d blogueurs aiment cette page :