GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Tabaski : La recette du mouton

Tabaski

La fête d’Eid El Kébir se prépare dans les marchés

La Tabaski occasionne beaucoup de recettes dans certains secteurs d’activités : tout le monde s’y met. Couturières, vendeurs de couteaux et fourneaux, menuisiers métalliques, vendeurs de tissus n’ont pour perspective que de livrer les commandes dans les plus brefs délais. Quant aux opérateurs de tabaski et vendeurs de moutons, ils n’attendent que les pères de famille pour vider leurs enclos et se remplir les poches.

La célébration de la Tabaski est attendue par tous les musulmans du Sénégal, car s’agissant d’une fête religieuse très importante. Pareillement, cette fête est attendue par les commerçants, couturières, dépeceurs d’occasion, menuisiers métalliques qui se l’approprient pour fructifier leur business. A cette étape des préparatifs, ces profiteurs cherchent un moyen de se faire beaucoup d’argent malgré les contraintes. Dans les marchés, l’ambiance est à son comble.

Par Khadidiatou GUEYE Fall,

Cheffe du Desk Société

Dakar est sous un nouveau décor. Dans toutes les artères et rond-point, l’approche de la fête d’Aïd el Kébir se fait sentir. Tel un marché dispersé, les vendeurs occupent trottoir, angles des rues, parkings et ronds-points afin d’écouler leurs produits. Essentiellement, des couteaux, fourneaux simples, fourneaux barbecue, grillages, sont les plus distinguées.

Au niveau des ronds-points, les acteurs d’opération Tabaski s’installent avec leur bétail. Sur la Vdn, à hauteur du cimetière de Saint Lazare de Béthanie, les vendeurs font une ligne droite juxtaposée aux trottoirs. Avec leurs articles, ils attirent la curiosité des conducteurs de belles voitures. De temps en temps, quelques-uns descendent de leur véhicule pour acheter. De l’intérieur du bus tata ligne 25, les articles sont aperçus.

A l’arrêt du bus, un jeune homme vers la trentaine commence à présenter ces articles. “Vous voyez des fourneaux de qualité, confectionnés ici au Sénégal pour des Sénégalais, là ce sont des couteaux inoxydables, si vous voulez des tiges brochettes aussi, j’en ai de bonnes qualités “; énumère-t-il. Il est prêt à amadouer ses clients et les passants pour qu’ils achètent. Avec le sourire facile, il appâte aisément la cliente. La fructification de ses recettes est la plus importante.

Sur la route de Hamo 6 à Guédiawaye, un atelier de menuiserie mécanique expose ses fourneaux et fours déjà confectionnés sur le trottoir. Cette exposition attire invraisemblablement les passants. Sur place, on retrouve l’apprenti menuisier qui nous signale un déplacement du propriétaire de l’atelier. L’apprenti confie que les commandes sont beaucoup plus nombreuses : « Ces trois semaines nous sommes débordés à cause des commandes. On ne se repose plus depuis presque deux semaines. Certains préfèrent passer leur commande à quelques jours de la fête », soutient l’apprenti .

Au marché Boubess de Guédiawaye, les variétés de tissus donnent envie de vider les poches. Regroupés en tas, les tissus sont vendus par paquet ou par métrage ; cette année, le choix de la tendance est centré sur les brodés djipire, les bazins et le Lafaya  d’après Balla, un vendeur tissu au marché Boubess.

Madame Cissé, styliste au marché Khelcom, confirme la tendance : elle fait savoir que les 80% des tissus qu’elle a reçus sont des broderies ou lafaya. Seuls quelques clients, surtout les hommes, ont opté pour le Bazin ou le fil à fil.

Khadidiatou Gueye Fall