GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Qui sont ces aspirants? De notre correspondant en France, Tidiane SÈNE, Toulouse

Arrivistes de tout poil, renégats et comploteurs en herbe veulent choisir nos fiefs pour en faire un terrain d’essai

Je m’en vais booster un tout petit peu mes compatriotes et les encourager dans un premier temps à vouloir guerroyer pour diriger les mairies de nos cités, mais aussi et surtout, attirer leur attention sur le risque qui suivra, après le dépouillement des urnes au soir du 23 Janvier prochain.

 

Jean de la Fontaine nous précautionnait : « Rien ne sert de courir, il faut partir à point ».Des patriotes d’obédiences multiples se sont lancés dans la course vers les municipales. Qu’ils soient tous galvanisés, c’est bien, d’autant qu’ils portent dans leur cœur, au-delà du commun vouloir de vivre ensemble, ce degré de patriotisme pour relever les véritables défis qui assaillent nos terroirs.

Rien ne présage que ces nouveaux athlètes politiques alignés sur la ligne de départ ne sont mus que par l’envie folle et sincère d’aider nos villes à retrouver leur lustre d’antan, c’est-à-dire à recouvrer leurs terres, la pêche jadis halieutique, les multiples jeux ludiques, le sport époustouflant qui galvanisait toutes les ASC et enfin l’espoir de vivre autrement meilleur.

Dans ce pays, les vertus dues à la sincérité, à la croyance en une doctrine correcte, à l’idéal politique et au patriotisme ont f… le camp depuis Mathusalem. Apparaissent alors les arrivistes de tout poil, les renégats et comploteurs en herbes qui veulent choisir nos fiefs pour en faire un terrain d’essai.

Par contre, d’autres s’essaient dans l’honneur en fonction de leurs cursus académiques, leur patrimoine alléchant, les liens de parenté solides ou leur vécu avéré ou aléatoire.

Ils sont donc nombreux à être de grands commis de l’État, des docteurs et doctorants, des chefs d’entreprise, des ingénieurs, de simples politiciens, des retraités et autres has-been nantis, qui cherchent désespérément un éventuel quitus par le biais d’un retour triomphal aux sources pendant qu’il est encore temps. Jurer donc qu’ils sont tous animés de bonne foi, n’est que supputations de bon aloi.

Mais on peut présager par leur abnégation et leur envie folle de batailler sous les applaudissements des riverains assoiffés de sinécures pour certains ou d’une vie meilleure pour d’autres, qu’ils sont tous de grands patriotes qui aiment et auraient tout donné pour leur pays.

C’est aussi vrai qu’à l’orée des grands chantiers qui se profilent à l’horizon comme c’est le cas dans tous les pays du monde, le temps est donc venu d’apporter sa pierre à la construction d’un Sénégal véritablement moderne, où il fait bon travailler et vivre.

Mais point de nihilisme ! Car dire d’un maire en exercice qu’il n’a rien fait est une balourdise qui autrement ne s’expliquerait pas. Par contre, affirmer qu’il aurait pu mieux faire est légitime pour tous ceux-là qui ont l’envie et la prétention folles de vouloir faire mieux.

Pour cela, il faut quitter les chantiers battus du « je » et du « moi » présomptueux et réducteurs, et souhaiter avec tous s’engager à développer nos villes dans toute leur entièreté.

À mon humble avis, il n’y a pas de meilleur maire au Sénégal, mais il peut y avoir une meilleure équipe municipale garante de notre destin. Et d’ailleurs, sur quelle base scientifique étayer la qualité du meilleur maire d’autant que les autres prétendants n’ont pas encore fait leurs preuves devant les populations ?

Bataillons donc ensemble pour instaurer un meilleur staff où les élus seront soudés pour permettre des initiatives croisées qui porteront partout les fruits escomptés.

Les aspirants au poste de “maire” peuvent être tous laborieux. Vouloir chercher le meilleur sans preuve palpable de les avoir vérifiés ou testés, équivaut à bavasser sur le sexe des anges, surtout que tous ces fils de mon pays ont chacun du potentiel différent à faire valoir.

Le seul combat qui vaille et qui fera que nous soyons d’un côté ou de l’autre, c’est véritablement montrer l’efficience qu’on pourrait accorder à une équipe municipale forte, soudée et travailleuse, où les tâches seront partagées équitablement, chacun mis devant de ses responsabilités pour que collégialement toute mairie, quelle qu’elle soit, produise les résultats probants.
La valeur intrinsèque des candidats se jaugera au soir de la clôture du vote, pour que chaque prétendant sache dorénavant s’il mérite, avec son score grand ou petit, se représenter prochainement ou disparaître à jamais des prétentions avenirs.

%d blogueurs aiment cette page :