GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Parcours, Moustapha Sané: Un comptable très social Par Ndeye Fatou DIONGUE

De son vrai nom Moustapha Sané, originaire de la ville de Saint-Louis. Sa mère est 100% Halpulaar et son papa 100% Diola, il a 32 ans, est marié et bientôt père de 3 enfants (s’il plaît à Dieu) et est comptable dans un établissement privé à Sacré-Cœur 3 Vdn.

comptable

Le social pour moi : C’est un travail qui n’a pas de prix pour moi. Il ne peut s’acheter ou se faire rémunérer ! » Moustapha Sané.

Études et expériences professionnelles

« J’ai fréquenté le jardin d’enfants de la Croix-Rouge sénégalaise de Point-E. Puis j’ai fait mon primaire à l’école Saint Pierre de Zone A. Ensuite, j’ai été orienté au lycée Blaise Diagne où je suis resté jusqu’au Bac (Série scientifique), avant  la Faculté pour l’obtention d’une licence en comptabilité.

Depuis la 2ème année, j’étais contrôleur de gestion et chargé des commandes dans une boulangerie très célèbre et il y en avait cinq à Dakar.  J’étais chargé du contrôle et de la gestion de ces 5 boulangeries (côté pâtisserie).

J’ai été aussi dans un centre d’appels, mais pas plus d’une année. Tout ceci avec les cours à la Fac ; bon, je photocopiais seulement les cours et j’assistais seulement aux TD à vrai dire (rires) ».

Échecs et difficultés rencontrées

« J’ai ouvert à Grand-Yoff, alors que j’étais en 2ème année, une laiterie qui vendait du lait caillé avec les économies de mon salaire mais ça n’a pas duré plus d’un mois. J’ai acheté des chaussures à Colobane pour les revendre avec l’aide de mes amis qui n’allaient pas à la Fac. Je me faisais entre 10.000 à 20.000 Francs CFA par mois, ce que j’ai trouvé lent et peu rentable. Comme j’avais de l’expérience dans la pâtisserie, je faisais des cakes que je livrais dans les boutiques ;  mais c’était à peu près le même bénéfice qu’avec les chaussures, donc j’ai dû abandonner.  Je pense que je me suis retrouvé au chômage pendant environ 1 an ou 2 et je n’avais que ma bourse de 36.000 Francs CFA. Et ça été la période la plus difficile de ma vie », avoue Moustapha, l’air désolé.

« Je n’oublierai jamais ma mère qui a toujours été là :  elle s’est toujours sacrifiée pour ses enfants. Merci maman on t’aime, on a vécu pas mal de moments difficiles où elle n’a jamais baissé les bras. »

Réussites et plus beaux moments

« La naissance de mon premier enfant et mon mariage bien sûr (rires).

Je ne me contente pas de mon travail, de ce fait,  je mène d’autres activités,  notamment le social lié à ma page « Trouvés ou perdus » où je ne pourrais vraiment pas vous dire quels ont été les meilleurs moments car il y en a eu beaucoup.

Avec deux de mes meilleurs amis, on a une structure informatique qui s’appelle « Technoteam » spécialisée dans la création d’applications, développement de sites web, installation caméra, etc…

Je suis aussi membre du groupe « Luttons contre l’indiscipline au Sénégal » et « SOS littoral ».

Vie familiale et sociale

« Je suis plutôt casanier, si je sors c’est pour des activités liées à mon travail ou aux activités sociales. J’aime le calme, la tranquillité et surtout je n’aime pas m’assoir dehors ou parler de la vie des gens. Je n’ai pas beaucoup d’amis non plus, ni de fréquentations, mais j’aime bien écouter les gens et donner parfois mon avis quand ils me sollicitent ».

Qualités et défauts

« Mes qualités, je ne saurais en parler moi-même, ce sera à l’appréciation des personnes qui me connaissent.

Pour mes défauts,  j’entreprends parfois sans demander l’avis des gens ;  c’est ce que me reproche toujours ma maman. Elle dit que je suis cachottier. Et même quand je suis en difficulté, je n’en parle à personne, ni à ma femme, ni à mes amis ou à ma famille. Ça, je l’avoue, je n’aime pas parler de mes problèmes personnels ».

 

Pour lire la suite de l’article, consultez le gratuitement dans notre journal à la page 4 ou téléchargez le :

%d blogueurs aiment cette page :