GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Parcours: Mohamed Massal Gueye, parmi les élites du Sénégal Par Ndeye Fatou DIONGUE

Les réseaux sociaux, un moyen très efficace et utile pour les jeunes accros aux TIC. Les nouvelles générations sont de plus en plus enthousiasmées par les médias sociaux qui font partie intégrante de leur vie. C’est d’ailleurs dans ce cadre que s’inscrit Les Elites Sénégalaises (L.E.S), une organisation à but non lucratif, très active sur les réseaux avec près de 12.000 membres. Son but ?  Promouvoir l’excellence, l’entreprenariat, le leadership et la citoyenneté. Elle regroupe des élèves, des étudiants, des ingénieurs et des professionnels.

Mohamed Massal Gueye
Mohamed Massal Gueye

De son vrai nom Mohamed Massal Guèye, natif de Thiès, il tire ses origines de Dakar. Agé de 26ans, il est célibataire sans enfant. Mohamed est le fondateur de l’organisation « Les Élites sénégalaises (LES) dont il occupe le poste de coordonnateur et d’administrateur. Actuellement, il est PDG d’un cabinet de voyages privé, entrepreneur social, acteur de développement, jeune leader et acteur communautaire.

Expériences professionnelles

« Après avoir évolué dans plusieurs entreprises et compagnies aériennes sénégalaises, j’ai décidé en 2020 de mettre en place ma propre entreprise. Un cabinet de voyages avec divers services (vente et location de voitures, pré-inscription des étudiants et assistance visa, pèlerinage à La Mecque, vente et réservation de billets d’avion, réservation d’hôtel, « voyages de vacances », etc. », confie Mohamed.

Échecs et difficultés

« Comme tout début, nous nous attendons aux échecs et difficultés. Mais, je rends grâce à Dieu, car je n’ai pas connu beaucoup d’échecs jusque-là. ».

« Par contre, des difficultés oui, car il nous fallait des jours et des nuits pour mettre en place une telle structure en parallèle avec le travail qui nous impose des heures très longues, 6 jours sur 7. A cela s’ajoutent nos activités quotidiennes et associatives, ce qui n’est pas toujours évident. ».

« Par ailleurs, il est difficile de coordonner le travail avec les autres cellules, partout dans le monde, avec souvent des heures de décalage. Par exemple : Russie 7h, États-Unis, Canada et Brésil ; il est aussi très difficile de trouver une heure juste pour coordonner toutes les activités en même temps. Mais, avec le dynamisme des membres, leur rigueur et leur détermination, le temps n’est plus un souci. »

« On se sacrifie jour et nuit pour la bonne marche de l’organisation et de son implantation partout dans le monde (ça commence bien Mashallah). Mention spéciale à son président et vice-président (Ndiaye Dia et Diary Sow), deux jeunes dynamiques, engagés et déterminés, toujours au service de la Nation ! ».

« De plus, quand on est une organisation à but non lucratif, tous les financements viennent de nous-mêmes, mais on ne se plaint pas, on assure bien ! ».

Anecdotes : « Je me rappelle en 2018, avec Amadou Al amine Guèye (un ami décédé suite à un accident, qu’Allah l’accueille dans son paradis céleste), nous avions voulu nous lancer pour la première fois en mettant en place un cabinet de voyages. C’est ainsi qu’un agent immobilier nous avait proposé un site qui se trouvait au Point E (Dakar) à 400.000 Francs CFA. Et en somme, on n’avait que 150.000 Francs CFA pour se lancer (rires). L’agent, sans cœur, il nous a pris les 25.000f et finalement on s’était retrouvé avec 125.000f pour commencer (une année inoubliable). », dixit le jeune homme.

Pour lire la suite, consultez gratuitement cet article à la page 4 de notre journal ou téléchargez le gratuitement :

%d blogueurs aiment cette page :