GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Parcours, Fatou Diop «handi-capable » : « Le handicap c’est dans la tête ! Il y a des gens bien portants et qui ne sont pas capables de grand-chose » Par Ndeye Fatou DIONGUE

Les personnes en situation de handicap sont souvent marginalisées par la société et laissées à elles-mêmes. Elles font souvent l’objet de moqueries ou d’abandon de leur famille. Un sort bien triste pour certains vivants avec un handicap, qu’il soit moteur, visuel, dans le domaine de la surdité, de la mutité…

À cela viennent s’ajouter les difficultés liées à l’apprentissage et à l’insertion dans le milieu professionnel. Heureusement pour Fatou Diop qui a reçu une très grande affection de la part de sa famille, particulièrement de son époux et de sa fille.

« Mon plus grand handicap, c’est le fait de ne pas trouver un emploi avec toutes les charges qui m’incombent ».

Agée de 51 ans, Fatou Diop est mariée et mère d’une fille de 30 ans. Elle habite à Pikine Khourounar, en face de l’école Notre Dame du Cap-Vert.

Fatou Diop est une grande dame très élégante, accueillante et souriante. Grande de taille et de teint clair. Elle a une vie très joviale auprès de sa famille.

Mon handicap

« Jusqu’à l’âge de trois ans, j’avais du mal à marcher. Mes parents ont commencé à s’inquiéter lorsqu’ils m’ont amenée à l’hôpital ; leurs doutes se sont avérés et on m’a diagnostiqué la maladie de la poliomyélite : je boîte avec difficulté.

En 2013, j’ai eu un accident et une fracture qui a fait que je marche avec des béquilles maintenant. Le traitement a été très long. Avoir un handicap c’est déjà douloureux, à cela vient s’ajouter sur le même pied (droit) cette fracture.

Études et expériences

J’ai fait mes premiers pas à l’école primaire Zone B. J’ai obtenu mon BFEM au lycée Blaise Diagne ; de là je suis partie continuer mes études au lycée Delafosse pour  une formation en comptabilité, car j’avais pour ambition de devenir « expert-comptable ». Mais malheureusement, une fois là-bas, je n’ai pas pu suivre la comptabilité.  J’ai donc fait une formation en économie.

J’ai finalement obtenu mon Baccalauréat Série B (Sciences économiques et sociales) au collège Jean de Lafontaine.

Après le Bac, j’ai rejoint l’université Cheikh Anta Diop de Dakar où j’ai fait deux ans en sciences-éco. Par la suite, j’ai eu mon DTS suite à une formation professionnelle en informatique. J’aurais voulu continuer pour devenir ingénieure en informatique mais hélas ça n’a pas marché. Et je me fie à la volonté divine.

Je suis secrétaire générale de la section féminine du département de Guédiawaye et membre du comité directeur de Cf/Fsaph, projet de l’Union européenne avec l’ONG italienne Coppi  comme animatrice pendant 9 mois en 2002.

– Aluminium International Service (AIS) de 2003 à 2006 puis de 2009 à février 2013.

– Plusieurs renouvellements de stages au service des Explorations fonctionnelles de l’hôpital Idrissa Pouye ex-Hoggy.

– Actuellement coordonnatrice du club des jeunes filles leaders de cf/fsaph au réseau Siggil Jigeen. Et aussi gestionnaire du vlf Sénégal pour cf/fsaph (Comité des Femmes/Fédération sénégalaise des Associations de Personnes handicapées).

Vie professionnelle et sociale

Après l’obtention de mon DTS, j’avais beaucoup de mal à trouver un emploi et jusqu’à présent d’ailleurs. J’effectuais des stages par-ci, par-là. Mais mon stage qui a le plus duré, a été celui à CTO (actuel hôpital Idrissa Pouye) au service des Explorations fonctionnelles.

Je peux dire que c’est là-bas où j’ai acquis beaucoup d’expériences en secrétariat et en assistanat de direction. Parce que quand j’y commençais, c’était en tant que stagiaire-secrétaire, j’ai rencontré Madame Camara, une dame très gentille, et le professeur El Hadji Ibrahima Diop que je salue au passage. J’ai duré au cabinet, j’y ai fait mon stage et j’ai beaucoup appris là-bas.

Avec l’association, en 2002 j’ai rejoint le projet « COOPI » (Cooperazione Internazionale Italia), une ONG italienne. J’étais parmi les sélectionnées, j’y travaillais comme animatrice (zones Pikine, Dalifort et Cambérène). J’ai effectué un travail remarquable avec des résultats satisfaisants.

Pour lire la suite de l’article, consultez le gratuitement dans notre kiosque en ligne ou téléchargez le :

 

 

 

 

 

 

 

Que pensez-vous de cet article ? N’hésitez pas à réagir et à débattre dans la zone «Ajouter un commentaire».

%d blogueurs aiment cette page :