GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Parcours, Daouda Sow: Un journaliste à la mode Par Ndeye Fatou DIONGUE

Au Sénégal, beaucoup ne se limitent pas à leur travail ou leur formation. Car ils se disent « jusqu’au boutistes », c’est-à-dire : travailler dans son domaine de compétence tout en exerçant à côté le métier qui les passionne. C’est le cas de Daouda Sow, un jeune journaliste qui compte mener très loin sa marque avec la mode.

« Dans le domaine de la mode, je n’ai point la prétention de révolutionner ou d’apporter de la nouveauté, mais plutôt de vivre ma passion et d’apporter ma pierre à l’édifice. », Daouda Sow.

Présentation

« Je suis Daouda Sow, journaliste-reporter à la chaîne de télévision marocaine “Médi1TV- Afrique”, bureau de Dakar. Je suis également promoteur de la marque “D’Ève Class & Chic”.

J’ai 31 ans, marié et père d’une jolie princesse de 2 ans. Je suis aussi très engagé dans tout ce qui est combat contre les violences faites aux femmes et aux enfants, mais aussi dans la préservation de l’environnement, car protéger l’environnement, c’est préserver l’humanité ».

Études et expériences professionnelles

« J’ai fait mes études un peu partout à travers le Sénégal parce que mon père étant gendarme et en service commandé, nous étions, tout le temps, obligés de déménager d’une région à une autre au gré de ses affectations.

Ce qui avait quand même un côté bénéfique, d’autant plus que ça m’a permis de découvrir et de connaître mon pays, mais aussi de me faire de nouveaux amis et connaissances, de découvrir d’autres horizons et cultures.

À cet effet, j’ai fait le préscolaire et le cours d’initiation (CI) à Kaolack, le Cours Préparatoire (CP), le Cours Élémentaire 1 (CE1) et le Cours Élémentaire 2 (CE2) à Diourbel, les classes de Cours Moyen 1 (CM1), Cours Moyen 2 (CM2), sixième collège et cinquième à Ziguinchor, les classes de quatrième et troisième au collège, toujours à Kaolack où j’ai décroché mon Brevet de Fin d’Études Moyennes (BFEM).

C’est par la suite que je me suis rendu à Rufisque où j’ai fait toutes les classes du lycée jusqu’à l’obtention de mon baccalauréat général au premier tour, au lycée moderne de Rufisque en 2008.

J’ai été par la suite orienté à la faculté des Sciences juridiques et politiques de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar où j’ai fait deux ans. Ensuite, suite à ma réussite au concours d’entrée au Centre d’Études des Sciences et Techniques de l’Information (Cesti), j’ai arrêté le Droit pour me spécialiser en journalisme. J’y ai obtenu à l’issue de trois années de rigoureuses formations, mon Diplôme spécialisé en Journalisme et Communication en 2013, avec option Télévision. Je suis de la 41ème promotion baptisée promo Tata Annette Mbaye d’Erneville ».

Il poursuit : « Comme expériences professionnelles, j’ai commencé à exercer en stage dès ma première année au CESTI. J’ai d’abord débuté par les radios communautaires, Jokko FM de Rufisque plus précisément en 2011. J’ai par la suite été à Walf TV et radio en 2012, j’y ai fait 7 mois avant de quitter, pour rejoindre la TFM (Télévision Futurs Médias), où j’ai exercé de 2012 à 2014.

En 2015, “Nouvel Horizon” et “Le Témoin” ont fusionné pour créer le groupe de presse Global Média Communication (GMC), j’y ai été recruté, au niveau de leur radio d’informations générales, plus particulièrement, “Top FM Horizon”, et j’y ai exercé pendant 9 mois. Après des problèmes économiques, notre compagnonnage s’est terminé à l’inspection du travail où, avec d’autres confrères, nous avons eu raison sur eux et tous nos droits nous ont été payés.

Après cette aventure, j’ai rejoint la télévision Africa 7 où j’ai fait moins d’une année avant de prendre du recul par rapport au journalisme pour exercer quelque temps dans la communication et les relations-presse.

Ce n’est qu’en 2017 que je suis revenu dans les rédactions comme rédacteur en chef du site d’informations générales www.teranganews.sn, pendant deux années. J’ai par la suite rejoint la chaîne de télévision marocaine Médi1TV Afrique (chaîne 177 du bouquet Canal+ Afrique), bureau de Dakar où j’exerce jusqu’à présent.

Entre-temps, avec d’autres confrères, nous avons lancé le journal d’investigations senenquete.sn, mais je me suis finalement retiré du projet pour convenance personnelle », affirme Daouda Sow.

Pour lire la suite de l’article, consultez le gratuitement dans notre kiosque en ligne ou téléchargez le :

 

 

 

 

 

 

 

Que pensez-vous de cet article ? N’hésitez pas à réagir et à débattre dans la zone «Ajouter un commentaire».

%d blogueurs aiment cette page :