GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Naufrage du Joola-Ni Nobel, ni Goncourt, ni Renaudot…

Naufrage du Joola

Je n’avais pas prévu d’écrire, aujourd’hui,  ces « lignes d’eau et de cœur » mais « mille mains » ont tenu ma main et des milliers de cœurs m’ont inspiré, « en plein cœur de midi » … Je comprends mieux pourquoi mon ami « touché en plein cœur, trois fois », adresse chaque année, à ses trois filles, sa « lettre marine » …

Ma contribution. Bon courage aux familles

 Le livre de la mer…

 

Ni Nobel, ni Goncourt,

ni Renaudot…

Les prix « littéraires » décernés en 2002, année du naufrage du Joola, ont tous la saveur de la mer…

Une mer lointaine, située dans l’Atlantique, près des côtes gambiennes et sénégalaises…

Cette nuit-là, le 26 septembre 2002, tous les astres du système solaire ont plongé, à la même heure, dans l’océan atlantique…

C’était l’heure de la tragédie, une tragédie indescriptible au cours de laquelle des milliers de vies ont été emportées…

Il a été beaucoup écrit sur le « naufrage du Joola » …

 « Joola » est connu dans tous les langues mais il reste « Joola », intraduisible…

Le « livre de la jungle », « recueil de nouvelles dans la tradition des fables indiennes », a été écrit en 1894 par Rudyard Kipling, qui a obtenu le prix Nobel de littérature en 1907.

La nuit même où le naufrage du Joola s’est produit, le « livre de la mer » a été écrit par toutes les mains qui tenaient « une plume » au milieu des vagues, des mains d’enfants, des mains de femmes, des mains de mille hommes, des mains de toutes les couleurs, des « mains plurielles » …

Le « livre de la mer » ne comporte qu’une seule page car c’est juste le «début du livre…»

Une seule page et puis  « plus rien » …

Des mots ont été écrits dans plusieurs langues, surtout en  « Joola »  car les « passagers du Joola » avaient pour la plupart d’entre eux des « racines casamançaises ».

 « Racines » ….

Les « racines » ont poussé dans la mer et bientôt « l’arbre de vie » sera aperçu « au large des côtes » …

Les feuilles de l’arbre porteront des noms, tous les noms des passagers, et ils seront écrits à  « l’encre marine », reconnaissable lors des nuits obscures et des grandes tempêtes…

Je comprends mieux pourquoi mon ami « touché en plein cœur, trois fois », adresse chaque année, à ses trois filles, sa « lettre marine » …

Lisons et relisons ses « lettres marines », ensemble, afin de partager sa douleur toujours vive, surtout lorsque « reviennent le jour et le mois » ; l’année (2002), quant à elle,  ne reviendra plus…

Le « livre de la mer » qui comporte une « page unique » est un recueil de nouvelles, au sens propre, des nouvelles tristes à mourir, qui racontent l’avant-dernière heure…

Le « livre de la mer » sortira de la mer en même temps que « l’arbre de vie » et ses milliers de feuilles vertes…

Les mille mains des « passagers du Joola » ont signé avant la « tierce fatidique » ce livre et cette page « bleue » aux consonances multiples, reconnaissable les nuits obscures…

Le « livre de la mer » n’attend aucun prix car il a été écrit dans la douleur et l’effroi…

Mais il y a cent ans, en 1902, Rudyard Kipling, prix Nobel  de littérature,  a écrit un livre qui portait un nom qui résonne à travers le siècle écoulé, « Histoires comme ça… »

Je n’avais pas prévu d’écrire, aujourd’hui,  ces « lignes d’eau et de cœur » mais « mille mains » ont tenu ma main et des milliers de cœurs m’ont inspiré, « en plein cœur de midi » …

La mer parle…

Les âmes parlent…

 « Ames noires et âmes blanches », « âmes éternelles » …

Le « livre de la mer » ’’ flottera, comme une ‘’ « bouée de sauvetage », le 26 septembre 2023, à zéro heure, sur les côtes sénégalaises et gambiennes…

 « Je dirai encore ton nom, Joola » …

 

Vovo Bombyx

25/9/2023