GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Monument de la Renaissance ou renaissance d’un monument ? Par Jean-Michel SECK

Absence de lumière au sommet ? Peu de Sénégalais savent que le Monument de la Renaissance Africaine (MRA) est construit sur un grand soleil ‘’géométrique’’…

Un phare posé sur une colline, les Mamelles (1864), la mosquée de la Divinité posée au niveau de la mer, dans la baie de Ouakam, (1997), le Monument de la Renaissance africaine posé sur la deuxième colline ‘’volcanique et conique’’ des Mamelles (2010) : quelle relation ‘’secrète’’ unit ces trois symboles dakarois ? Le cimetière de Ouakam !

‘’Ouakam est ma chambre secrète…’’ Ainsi parlait le très sage Mame El Hadj Malick Sy qui a effectué une longue retraite spirituelle dans cet espace chargé de vibrations –les Almadies/Mamelles– et que l’on dit empli de lumière divine…

Le Monument de la Renaissance africaine (MRA) a été construit sur la deuxième colline ‘’volcanique et conique’’ ; la première colline abrite, quant à elle, depuis 1864, l’un des phares les plus puissants d’Afrique, le phare des Mamelles…

Les travaux liés à la construction du Monument de la Renaissance africaine ont commencé en 2002, soit dix ans après ceux de la mosquée de la Divinité (1992), construite dans la célèbre baie de Ouakam, selon la vision reçue en 1973 (maquette de la mosquée) par Mohamed Gorgui Seyni Guèye dit ‘’Sàng Bi’ (sa retraite spirituelle a duré quatorze années…)

Un phare posé sur une colline (le point culminant de la presqu’île du Cap-Vert), le phare des Mamelles (1864), une mosquée posée au niveau de la mer, dans la baie de Ouakam, la mosquée de la Divinité (1997), un Monument posé sur la deuxième colline ‘’volcanique et conique’’ des Mamelles, le Monument de la renaissance Africaine (2010) : quelle relation ‘’secrète’’ unit ces trois symboles dakarois ?

Pour lire la suite de l’article, consultez le gratuitement en ligne à la page 6 de notre journal ou téléchargez le :

%d blogueurs aiment cette page :