GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Marché ou Supermarché? La préférence basée sur les prix et la conformité des produits Par Khadidiatou GUÈYE Fall

Au Sénégal, les femmes avaient l’habitude de se réveiller dès le premier chant du coq pour aller au marché avec une calebasse. Elles prenaient du plaisir à mettre la calebasse sur la tête. Sur le chemin du marché, elles déambulaient avec élégance et nonchalance.

Mais avec l’arrivée des supermarchés installés par les Européens, le chemin du marché traditionnel commence à perdre sa popularité. Dès lors, on assiste à une suprématie commerciale des supermarchés au détriment des marchés à table.

A l’entrée du marché Ndiarème de Guédiawaye se trouve une vendeuse de légumes. Assise devant son étalage, elle arrange sa table de légumes. Préférant garder l’anonymat, elle déplore la situation qui se constate. ” Je ne sais pas pourquoi les femmes ne viennent plus au marché traditionnel ; mais une chose est sûre : les légumes des supermarchés européens ne sont pas plus frais que les miens” laisse-t-elle entendre. D’un ton ferme, elle dénonce le phénomène d’abandon des marchés traditionnels au profit des supermarchés : “Si les Sénégalais abandonnent leur propre marché avec des légumes récoltés au  Sénégal pour aller acheter  des produits européens, il y a problème : c’est l’abandon de son pays”.

Âgée de trente six ans,  Maty Sylla est mariée et mère de 4 enfants. Retrouvée en train de marchander des poissons en tas, elle prend une pause et se joint à nous. Maty est contre l’abandon des marchés traditionnels. Elle affirme que son mari est très strict par rapport à ce sujet :” Je n’achète pas les produits des supermarchés parce que je  ne connais pas leur provenance ; en plus mon mari n’a pas confiance en ces grandes surfaces”. D’après Maty, mieux vaut promouvoir la consommation locale que d’enrichir les pays européens.

Mohamet Sadbou est un père de famille ; contrairement à Maty, il achetait tous ses produits dans un supermarché célèbre de la place. C’est en découvrant qu’un produit qu’il avait acheté pour ses enfants n’était pas conforme avec sa religion qu’il a cessé ses achats dans ledit supermarché. « Je m’intéressais vraiment aux produits des supermarchés mais depuis que j’ai découvert de la gélatine de porc sur l’un des produits, j’ai arrêté de faire mes achats là-bas” signale-t-il. Il s’est rendu compte que le marché traditionnel met tous ses produits à nu, alors que dans les supermarchés tous les produits sont emballés dans des sachets.

Si certains ont pris conscience que l’abandon des marchés traditionnels impacte négativement sur notre économie nationale, d’autres continuent de fréquenter les supermarchés pour diverses raisons.

Adama Ndiaye travaille dans un hôtel de la place. Il est un fidèle client des supermarchés. Selon lui, les supermarchés ont des prix abordables par rapport aux marchés. “On ne marchande pas : tous les prix sont étiquetés, on n’a pas besoin de se renseigner ; en plus, sur le même supermarché, tu peux trouver tous les produits, parfois même on y trouve des mobiliers, des accessoires de maison ou des jouets pour enfants” soutient-il.

La question de préférence des marchés traditionnels par rapport aux supermarchés est relative. A chacun son choix et la raison de son choix. Quoi qu’il en soit, acheter ce que nous cultivons fait partie des leviers pour l’émergence du pays.

%d blogueurs aiment cette page :