GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Macky Sall et ses Medvedev P. MBODJE

À la légalité institutionnelle mais pas constitutionnelle qui lui donnera le droit s’opposera la légitimité populaire qui lui dénie tout droit à une autre candidature, après deux mandats consécutifs que « nul ne peut exercer ».

Le printemps des proscrits de la Toussaint 2020 met alors les réservistes au-devant de la scène. Sauf que Macky Sall pollue tous ceux qu’il touche et risque d’accentuer le discrédit social de son équipe de combat.

Réduire l’opposition à sa plus simple expression passe aussi par des moyens plus subtils, des Medvedev ; ils servent à réfréner les ardeurs des autres du champ pour être finalement discrédités auprès de l’opinion publique. : Macky Sall pollue tout ce qu’il touche, des Premiers ministres aux ministres, en passant par ses collaborateurs.

On voit ainsi Aminata Touré Mimi qui ridiculise Alioune Badara Cissé ABC après ses énièmes retrouvailles avec le président en juin (Le Devoir du 21 juin) ; en mai (Le Devoir du 10 mai), le déplacement de ABC chez Aminata Touré a permis de sortir les mouchoirs et d’ouvrir l’armoire des souvenirs entre deux « écorchés vifs de MS » qui avait voulu les entraîner encore « plus bas que possible ».

« On roule nos bosses ensemble depuis 10 ans » est la réponse avancée, avec une tentative d’argumentation plus politique qui fait penser plus au pays qu’aux égo personnels : « Notre démocratie est à la croisée des chemins pour ne pas dire notre pays ; une vieille classe politique, vieille par sa praxis, est face à une jeunesse à culture politique superficielle 2.0 et de nouveaux acteurs politiques la représentant sans culture politique démocratique et pas nécessairement plus vertueux. Si vous savez comment résoudre l’équation, dites-moi ; la situation est bien plus complexe qu’il n’y paraît » (26 juillet). Mimi venait donc de sacrifier Abc sur l’autel de retrouvailles qu’elle avait juré ne jamais effectuer.

Macky Sall semble assez fort dans le discrédit et la manipulation de l’opinion : il a fait croire par exemple que Khalifa Ababacar Sall pouvait être  Gloria, le gros poisson de l’opposition qui allait le rejoindre, au lendemain d’un petit tour non protocolaire chez l’ancien maire  pour lui présenter ses condoléances au surlendemain du décès de la mère de Khalifa Sall ; dans le même temps, des conversations de salon savamment guidées font croire que Khalifa Sall est sur ses tablettes : recouvrement de tous ses droits, faiseur de roi à la mairie sans être roi lui-même, gardé sous le coude en réserve de la République. Ce ballon de sonde a été lancé au lendemain de la rumeur de Khalifa plan B de Pastef.

Côté cour, le retour en grâce des proscrits de la Toussaint 2020 dans le contexte post-mars 2021 ne fait que renforcer le rejet d’un homme plus politique qui met plus ses intérêts en avant que ceux de populations cherchant la paix et la cohésion sociales, à défaut d’une vision politique capable d’éviter les émeutes de la faim.

Pauvres revenants revenus pour mieux se faire haïr !

%d blogueurs aiment cette page :