GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Macky Sall et les inondations: Des milliards de solutions et de Fcfa pour des « scènes de désolation » Par Charles SENGHOR

Le régime du président Macky Sall peine à trouver des solutions aux inondations depuis son arrivée au pouvoir. Malgré des milliards de Fcfa injectés, le problème reste presque intact. Aujourd’hui encore, les populations sont dans les eaux, montrant des scènes de désolation.

Pape Diop et Thierno Lô appellent Macky Sall à abréger les souffrances des Sénégalais.

Les fortes précipitations du vendredi 4 au samedi 5 septembre 2020 ont replongé les populations sénégalaises dans les mauvais souvenirs des inondations de 2012. Partout dans le pays, même les coins d’habitude très pluvieux ont connu des dégâts. C’est le cas dans la commune de Santhiaba Manjack, dans le département d’Oussouye où de nombreuses maisons se sont écroulées.

Le président Macky Sall connaît cette situation d’intempéries. Déjà, en arrivant au pouvoir en 2012, il dû faire face aux inondations à sa manière. Le coordonnateur du Projet de construction de logements sociaux de lutte contre les inondations et les bidonvilles (PCLSLIB), Idrissa Tall, contacté en 2016 par Africa check, indiquait que « l’Etat a changé d’approche dans sa stratégie de lutte contre les inondations, en s’appuyant sur les résultats de l’évaluation des besoins post-catastrophe des inondations de 2009 et d’autres études menées notamment par la fondation « Droit à la ville ».

Des milliards Fcfa…

De ces initiatives naîtra une politique de gestion des risques d’inondation visant à « préserver les vies humaines, à réduire les incidences négatives » aux plans économique et environnemental. Les options stratégiques retenues furent réaffirmées dans le programme « Sénégal émergent » (Pse). Un Programme décennal de gestion des inondations fut mis sur pied pour la période 2012-2022. D’un montant de plus de 750 milliards de FCFA, il est articulé autour de quatre volets : l’amélioration de la connaissance des zones d’inondation, le relogement des populations sinistrées, la planification, l’aménagement des villes et un important aspect relatif au renforcement de la résilience des villes consistant, entre autres, à la réalisation d’ouvrages de drainage des eaux pluviales.

Pour « le renforcement de la résilience des villes, plus d’une dizaine de stations de pompage et plus d’une vingtaine de bassins de rétention, entre autres », ont été réalisés. Au titre de l’année 2018, l’Office national de l’Assainissement du Sénégal (Onas), dans le cadre des opérations pré-hivernales, avait annoncé des ouvrages devant contribuer à la lutte contre les inondations. Il s’agit du doublement de la conduite de refoulement de la station de pompage de certaines localités comme Keur Niang à Touba, des programmes d’extension et de densification des réseaux des eaux pluviales de Colobane, Reubeuss et Yoff, du drainage des eaux pluviales du cimetière de Thiaroye et du quartier Gouye Mouride à Rufisque, de la cité « Soleil » à Dakar, de la commune de Fatick, de Sédhiou, de Kaffrine et du démarrage imminent du projet de drainage des eaux pluviales de la commune de Kaolack pour un montant de plus de 15 milliards de F CFA.

Avant ces mesures, Macky Sall a également dû prendre des mesures politiques très fortes. Il s’agit notamment de la suppression du Sénat, rétabli par Me Wade en 2007 après sa suppression en 2001 et dirigé par Pape Diop. Le vote, le 19 septembre 2012, a permis de faire « une économie de 8 milliards et de lutter efficacement contre les inondations », selon les autorités. Malgré ces milliards de Fcfa et la volonté affichée, le Sénégal continue d’étaler des malheurs et désolations avec les inondations. Des maisons inondées et abandonnées et même où les occupants sont obligés de dormir les pieds dans l’eau. En plus des dégâts matériels, six décès enregistrés.

 

Pour lire la suite, consultez gratuitement cet article à la page 3 de notre journal ou téléchargez le gratuitement :

%d blogueurs aiment cette page :