GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Les cordes vocales défaillantes: Coumba Gawlo Seck fait une sortie de scène émouvante Charles SENGHOR

Touchée mais pas coulée, elle va observer un moment de silence qui est d’or

Les admirateurs de l’artiste musicienne Coumba Gawlo Seck devraient avoir un peu de patience : touchée aux cordes vocales, l’auteure de « kouy feug » a décidé de descendre de la scène, le temps de se soigner.

Coumba Gawlo Seck a annoncé le 4 février dernier qu’elle a décidé de se « retirer provisoirement de la scène musicale parce qu’elle est dans l’impossibilité de chanter ». Souffrant d’une maladie qui a atteint ses cordes vocales et sur conseil de ses médecins, la diva arrête la musique pour « un moment ».

Dans son récit, Coumba Gawlo Seck a précisé que lors de son opération pendant laquelle un mètre de ses intestins a été retiré, les cordes vocales ont été touchées. L’artiste musicienne et dame d’affaires qui a, parfois, craqué lors de sa déclaration a promis, comme une bonne Linguère, de se battre pour revenir sur scène.

Mais, en partant pour un repos temporaire, le temps de se refaire, Coumba Gawlo Seck n’a pas voulu laisser ses admirateurs orphelins : elle leur a offert son dernier clip, « Borom ndam » ; elle a aussi laissé des empreintes indélébiles avec ses actions humanitaires, notamment dans le cadre de la lutte contre les violences faites aux femmes, l’éducation des enfants, le respect scrupuleux des droits humains sur lesquelles elle compte garder le contact.

Cette sortie émouvante de l’artiste, double disque d’or en Belgique et disque de platine en France, n’a pas laissé les Sénégalais insensibles. En témoignent les nombreuses réactions pleines de compassion des internautes.  A cela d’autres voix connues sur la scène musicale se sont jointes à l’artiste pour lui apporter réconfort et soutien moral. C’est le cas de Youssou Ndour. Le lead vocal du Super Etoile, se montrant très solidaire, a promis d’être « plus proche » de l’interprète de « Pata pata » qu’il considère non seulement comme une petite sœur, mais encore comme une référence pour toutes les femmes, toutes les chanteuses et toute la jeunesse. Mieux, ajoute-t-il, cette grande et talentueuse artiste est une brillante chef d’entreprise qui contribue au développement du pays.

Très appréciée, l’auteure de « Bine bine » a même bénéficié d’un soutien fort dans la famille maraboutique de Tivaouane. Le 22 février, Serigne Mawdo Sy Malick, fils de Serigne Cheikh El Hadj Abdou Aziz Sy Dabakh, lui a manifesté son soutien. Le religieux lui a également prodigué quelques conseils et prières pour retrouver sa voix. Quatre jours avant, la chanteuse, elle-même, avait annoncé sur sa page Facebook, qu’elle était allée se recueillir à Touba, chez son marabout.

Le Devoir

%d blogueurs aiment cette page :