GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Le rap au secours de Macky Sall Merci à Simon et à Kilifeu

Le président   Macky Sall peut

remercier Kilifeu et Simon

Malgré les scandales qui ont éclaboussé le régime ces derniers jours, Macky Sall et son régime pourraient avoir un traitement moins rugueux de la part de l’opposition. Elle est ballottée par l’implication présumée dans le trafic des passeports diplomatiques.

Avec le scandale du trafic de passeports diplomatiques, la flambée des prix des produits de première nécessité, entre autres, l’opposition sénégalaise de la diaspora avait de très bonnes raisons de se faire entendre lors du voyage new-yorkais du président Macky Sall.

En stratège politique, le chef de file de la majorité présidentielle a eu le temps de peaufiner une stratégie lui permettant de ne pas se faire déranger par des adversaires politiques.

Farba Ngom n’a pas failli dans la préparation de ce côté politique du voyage au pays de l’Oncle Sam. Il a pu organiser des convois, venant de différentes villes des Etats-Unis pour étaler le tapis rouge au président de la République. Loin des chahuts et quolibets.

Mais, le silence de l’opposition de la diaspora américaine n’est pas seulement le fruit de la dextérité avec laquelle le député et responsable de l’Alliance pour la République, Farba Senghor s’y est pris pour un voyage présidentiel sans perturbation.

Le président Macky Sall peut féliciter les rappeurs, membres du mouvement Y en a marre, en l’occurrence Simon Kouka et Landing Mbessane Seck alias Kilifeu.

L’implication présumée de ces deux icônes du rap et de la Société civile dans l’affaire du trafic de passeports a ramolli l’opposition. Elle est aujourd’hui confuse dans la manière de manifester et de développer ses arguments essentiellement nourris par les « mauvaises pratiques dans la gestion des affaires publiques » dont le président Macky Sall et son régime sont souvent accusés.

Tenaillée par la réputation de cette jeunesse devenue des symboles de la non-allégeance au pouvoir public, politique, aujourd’hui jetée dans les caniveaux, l’opposition éprouve même du mal à se prononcer sur le scandale des passeports diplomatiques dans lequel sont cités les députés Mamadou Sall et Boubacar Biaye.

A ces deux cas, il y a l’affaire de la diffusion de la vidéo sur l’arrestation du député Seydina Fall alias Bougazelli. Arrêté en 2019 pour trafic de faux billets de banque, il démissionne de son poste de député à l’Assemblée nationale. Après quelques mois de placement sous mandat de dépôt, Seydina Fall a été libéré, jurant sur tous les toits qu’il n’est pas fautif des faits qui lui sont reprochés. Jusqu’au moment où la vidéo de son arrestation est venue détruire toutes ses allégations. Au point d’arriver, on ne par quelle magie, à semer le désordre au sein de la gendarmerie où les auteurs de son arrestation seraient en train d’être entendus sur la diffusion de la vidéo. Seydina Fall qui a défié quiconque d’avoir des preuves sur sa culpabilité de les montrer a reculé en menaçant les diffuseurs de sa vidéo.    

Mais, jusque-là, l’opposition n’en parle pas. Elle ne pourra pas rien dire des scandales du régime de Macky Sall sans parler de l’imbroglio judiciaire sur une supposée affaire de trafic de visas où sont cités les contestataires des politiques de Macky Sall.

Macky Sall peut donc dérouler en attendant le réveil de l’opposition sonnée par les tombeurs du régime du président Abdoulaye Wade en 2000.

Sergio RAMOS

%d blogueurs aiment cette page :