GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Le café, le seul noir apprécié par les Blancs: Qu’est-ce qu’il est fort et célèbre ! Chérifa Sadany SOW

Le comptoir du café est le parlement du peuple

De manière ironique, l’hiver sans café n’est que ruine de saison. Bien que le café soit consommé à toutes les saisons de manière modérée ou répétée. Son aspect social ajoute à sa dose, une réputation non usurpée mais quelquefois controversée.

« Allons prendre un café ! ». Une expression occidentale qui commence à être ritualisée au Sénégal. Boire du café est une expérience complexe et nuancée. Pour certains, il est impossible de commencer la journée sans leur élixir du matin. Comme disait Stephen Hawking, artiste physicien scientifique : « Quand les choses se corsent, les durs prennent une pause-café ».

Boire le café, humer son arôme riche et puissant, se titiller les narines avec son odeur arrogante à la fois douce, serrer la tasse et se réchauffer de la chaleur fumeuse et réconfortante attenue l’amertume et procure un bonheur expressif chez plusieurs amateurs, parfois appelés « les accros ».

Photographiquement, ils sont souvent nés vers les années 59 et présentent un air arrogant et mystérieux qui leur rend sérieux. Leurs voix graves confirment le nombre de fois qu’ils prennent une dose dans la journée. Ceux-là savent apprécier le café jusqu’à sa plus simple couleur noir-brun…avec une élégance raisonnable. Mais les jeunes d’aujourd’hui sont plus pizza ou glace, même si quelques fois, ils s’aventurent à nonchalamment consommer le café Touba, mais seulement s’ils en trouvent en cours de route.

Le comptoir du café est le parlement du peuple. En effet, le café s’est adapté à de nouvelles formes de sociabilité. Il favorise l’échange et la sociabilité entre proche. Culturellement, c’est le thé qui est servi dans les familles sénégalaises. Mais le café le détrône dans les lieux professionnels. Habituellement, certains couples sénégalais qui veulent se créer une romance préfèrent aller manger plutôt que d’aller prendre du café. Pourtant, des cafeterias, y’en a en pagaille au Sénégal mais ils sont la plupart occupés par des étrangers, des cadres professionnels pour y croiser des relations. Qu’est-ce qui explique cette remarque ? « Ce n’est pas de notre culture’ », justifieront certains. D’autres, pour éviter d’être pris pour un faible financier, préfèrent inviter leurs conjointes à déjeuner plutôt que de se faire un simple café.

Au Maroc, cette invitation est très significative. Pour parler comme les marqueteurs, on peut dire que la taille de leur marché du café est mûre. Cela grâce à la forte demande des consommateurs : les cafés sont pléthoriques de monde du matin au soir. Certains y vont pour suivre des matchs entre amis, d’autres, pour incarner Roméo et Juliette.

Au Sénégal, si l’habitude de sortir prendre un café ensemble est créée chez les Sénégalais, c’est en quelque sorte grâce à la mondialisation et mélange de culture.  « J’ai pris l’habitude d’aller dans un café depuis que j’ai commencé à voyager. C’était mon endroit préféré pour lire et faire mes recherches. Au Sénégal, à part le « Café de Rome », je trouve les autres endroits assez folkloriques pour ne pas me donner envie d’y lire. J’ai fait la France et le Maroc, ce qui provoque chez moi cette habitude à me focaliser sur les détails de l’environnement des cafétérias. La décoration soft, la simplicité, le calme et l’éthique, voici les critères qui m’attirent dans les cafétérias », précise Pape Alioune Dia, jeune étudiant.

Son aspect historique et médical savouré…

Sur le site « lamaisonducafe.com », il est noté que le café a longtemps été au cœur de polémiques, d’interdiction, entraînant même parfois des révoltes au fil de l’histoire. Aussi, la légende dit que c’est à un berger d’Abyssinie (actuelle Ethiopie) que l’on devrait la découverte du café. En voyant que ses chèvres étaient plus agitées que d’habitude après avoir ingéré les fruits d’un arbuste, il décida d’essayer d’en consommer. Il fut alors le premier à noter l’effet énergisant de la caféine que les chercheurs jugent efficace.

En effet, des études menées par des chercheurs de la Northwestern University et publiées dans la revue « Scientifique Reports » prouvent que les amateurs du café ne sont pas moins sensibles au goût amer. Il y’a en effet un phénomène psychologique derrière l’amour du café :  la sensibilité des participants à trois arômes amers différents a été comparée par les chercheurs. Ils ont découvert de la caféine, de la quinine (ce qui donne à l’eau son goût amer) et du propylthiouracile. Les personnes qui, selon les études, ont les gènes très sensibles à la quinine et au propylthiouracile ont tendance à boire moins de café. En revanche, celles sensibles à l’amertume de la caféine ont tendance à boire plus de café.

Toujours dans la découverte, le café présente plusieurs bienfaits que confirme Jean Michel Cohen, nutritionniste. Selon lui, le café est à la fois stimulant au niveau cérébral et excitant au niveau musculaire. Ayant un effet positif sur le cancer du sein et de la prostate, il rend intelligent, (selon les études, la caféine stimule les fonctions cérébrales à court terme, actionne plusieurs neurotransmetteurs tels que la noradrénaline, la dopamine et la sérotonine. Il favorise la réaction, la vigilance, l’apprentissage et l’attention). Le café réduit aussi le risque des maladies cardiaques, le risque de souffrir du diabète type 2 grâce au cafestol (un composé bioactif présent dans le café, permettant d’augmenter la sécrétion d’insuline), il prévient contre la maladie d’Alzheimer et rend heureux (en réduisant les effets de la dépression). En guise de Nota Bene, le café est cependant à consommer avec modération à défaut de doubler le risque d’insuffisance cognitive légère ou de trainer avec le cancer colorectal, de l’abdomen ou de la langue.

Le café qui construit l’identité masculine est apprécié au fil du temps partout dans le monde, ce qui fait que sa nationalité n’est plus à revendiquer. Gaëtan faucher, l’auteur belge dit que : « Quand on arrête le café, le corps est bien thé ». Donc un café le matin, un médicament à prendre. Pourquoi pas avec un du lait pour éclaircir son côté sombre ?

%d blogueurs aiment cette page :