GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

L’Arlésienne du Printemps africain

Chronique

Afrique : A quand                le Printemps ?

De notre correspondant en France

Aujourd’hui comme depuis vingt ans devrait débuter le printemps africain : rester au pouvoir toute une vie pendant vingt ans ou cinquante ans doit être révolu en Afrique.
L’Afrique, vieux continent, est par extraordinaire resté un continent jeune, de par ses richesses minières que sont l’or, le bauxite, le manganèse, l’or, le pétrole et le gaz..
L’Afrique est devenue aussi riche de par sa jeunesse démographiquement développée atteignant des milliards d’individus d’ici peu. Un continent qui n’aura, sur ce plan, rien à envier à la Chine, à la Russie, à l’Europe et aux Amériques.
Des soulèvements s’opèrent spontanément partout poussant leurs partenaires naturels à changer de paradigmes quant à la manière de collaborer avec des pays qui veulent et se battent partout, pour plus de souveraineté.
L’Afrique se réveille doucement pour voir l’évolution du monde, et elle se bat pour sa suprématie véritable. Les enjeux sont colossaux, multiformes et multidimensionnels. Les guerres en Ukraine et au Proche Orient, l’émigration clandestine au Nicaragua, au Mexique et sur les autres frontières américaines sont telles qu’aucun mur, fût-il en acier ou fait de barbelets électriques, ne saurait arrêter cette vague humaine qui aspire à la liberté, au travail et au mieux vivre..
Les côtes européennes sont devenues un lieu de débarquement de migrants venus de tous horizons, prêts aux noyades les plus atroces, espérant se retrouver là où ils croient pouvoir subvenir à leurs besoins fondamentaux ; les déserts de l’Afrique du Nord sont devenus un mouroir pour les Africains du Sahel qui continuent leurs avancées jusqu’à l’épuisement, s’étalant comme une mare humaine à moitié ensevelie par les vents, les tempêtes et les dunes du désert.
Partout, comme à la première ou deuxième guerre mondiale, l’homme cherche consciemment ou inconsciemment des lieux de survie en abandonnant tout derrière lui. L’Afrique se soulève silencieusement et marque son empreinte sur la terre, en se détachant du joug de ses dominateurs depuis 300 ans..
À ce stade, la collaboration entre pays pauvres et Etats puissants, les dons et les prébendes usurpés par des pouvoirs égoïstes pleins de prédateurs n’y peuvent plus rien. La conscientisation des masses se rythme en une vitesse insoupçonnée. Les pouvoirs fantoches tombent un à un partout, quitte même aux citoyens de tout saccager pour manifester leurs hostilités comme les pouvoirs. Dans beaucoup de pays, les citoyens spontanément profèrent directement des slogans hostiles aux impérialistes et aux étrangers de tous bords.. Des relations de bon voisinage et de début de formation de grands ensembles voient le jour partout..
Les États-Unis d’Afrique prônés par des apôtres tels PK Seme, Williams Du Bois, Marcus Garvey, Édouard W. Blayden, Georges Padmore, Kwame Nkrumah, Cheikh Anta Diop, Abdoulaye Wade…etc, ont montré le chemin comme la seule sortie possible pour un continent avance résolument.
Voici arriver le Printemps africain..

Tidiane SENE,

Toulouse