GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Keur Massar Pour Reporter Les Législatives Les craintes de Mohamet Massamba Sèye

Keur Massar nouveau département

 

« Un motif de report des élections législatives »,
selon Mohamet Massamba Sèye

Pour lui, un changement de grande envergure ne peut se faire à l’approche des législatives,

sauf s’il est motif de report

 

La commune de Keur Massar, l’une des 16 communes de Pikine et créée en 1996 est devenue depuis, jeudi 6 mai 2021 le quarante-sixième (46ème) département du Sénégal. Mais ce nouveau plan d’aménagement territorial qui est à adopter prochainement au Conseil des ministres suscite déjà plusieurs inquiétudes. Et c’est le cas pour le président du Parti pour l’émergence et le développement (P.E.D/Natangué), Mohamet Massamba Sèye, par ailleurs, plénipotentiaire du pôle des Non-alignés.

Selon lui, « on ne peut pas comprendre qu’un changement territorial de cette grande envergure puisse intervenir à l’approche des élections législatives».
Evoquant le calendrier républicain qui a subi des perturbations depuis un certain temps, Mouhamet Massamba Sèye avertit sur une éventuelle convocation de l’Etat aux acteurs à un nouveau dialogue. « Pour une fois de plus, l’Etat va certainement convoquer les acteurs à un nouveau dialogue politique, ficeler avec un non-dit, pour donner l’impression de trouver un consensus avant la tenue des échéances électorales par rapport au nouveau projet de département de Keur Massar, sur le nombre de communes à créer, le nombre de députés à élire, entre autres points qui seront inscrits à l’ordre du jour. »

Face à une opposition qu’il qualifie de « capricieuse » ou une opposition de « Mbourou ak Sow », le président du parti pour l’émergence et le développement (P.E.D / Natangué) croit que le chef de l’Etat « ne manquera pas de trouver une stratégie pour faire repousser les élections législatives à une date ultérieure pour faute de consensus. »

Ainsi, regrette-t-il, « les députés verront peut-être leur mandat prolongé jusqu’en 2024, comme c’est le cas actuel des mandats des maires de commune qui devaient être terminés depuis 2019.»

Fanny ARDANT

%d blogueurs aiment cette page :