GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Disparition de Serigne Moustapha Sy Djamil Ibn Serigne Mansour Sy Borom Daara Dji Ndèye Fatou DIONGUE

Le bienfaiteur de Khombole parti à tout jamais

Fils de Serigne Cheikh Seydi Mouhamadoul Mansour Sy et de Sokhna Mame Khar Sarr, Serigne Moustapha Sy Djamil est le petit-fils de Serigne Khalifa Ababacar Sy Malick RTA et de Sokhna Astou Seck. Il est donc l’arrière-petit-fils de Seydi El Hadji Malick Sy RTA et Sokhna Rokhaya Ndiaye.  Il est né et a grandi à Khombole.

Il est décédé ce 4 février.

Études

D’après un proche de la famille Sy, “Serigne Djamil Sy a fait ses études coraniques et connaissance spirituelle dans la ville sainte de Tivaouane. Après l’apprentissage du saint Coran, il est revenu à Khombole pour y travailler.

Avec toutes ses expériences, son souci premier était de travailler afin d’aider son père Seydi Mouhamadoul Mansour Sy, car il savait que ce dernier était un grand érudit qui a consacré toute sa vie à l’enseignement du Saint Coran.

Ce qui lui vaut d’ailleurs le surnom de “Borom Daara Dji”. Ce brave et vaillant Khalif et petit-fils de Seydi El hadj Malick Sy RTA, réputé pour sa sagesse et son habillement correct, admiré par tous, a critiqué les caricaturistes du prophète dans son célèbre poème Tabat Yadakoum.

Œuvres

Basé à Dakar, il a d’abord fait ses débuts à Khombole. C’est dans sa terre natale, qu’il avait ouvert une carrière, plus particulièrement à Ngoundiane, où il vendait du basalte noir. C’est comme ça qu’il a commencé ; par la suite il a eu une ouverture et a élargi son domaine.

Il a engagé des employés et a acheté beaucoup de camions pour le transport, des machines, des concasseurs et tout ce qu’il fallait pour mener à bien le travail qu’il entreprenait.

Serigne Moustapha Sy Djamil était un grand homme, très social et surtout très discret en plus de sa modestie et de son humilité inégalable, qu’il a surement hérité de son père, grand-père et arrière-grand-père.

Très engagé et généreux, il a beaucoup fait pour la population en construisant des daaras et des mosquées ; il a aussi amené beaucoup de gens à La Mecque et aidé beaucoup de jeunes en leur offrant des bourses d’études (que ce soit en arabe ou en français) tant à l’étranger qu’au niveau national.  Il a aussi soigné beaucoup de malades ; il a acheté des maisons pour les démunis et tout ceci dans la plus grande discrétion.

A khombole, sa ville natale où il a grandi, il y a deux ans, il avait promis de réfectionner les routes car elles étaient anciennes, chose qu’il a faite. De même qu’à Tivaouane, il a construit des routes dont la plus populaire est une route neuve de près de 100 mètres derrière la maison du Khalif.

Il y a aussi, à Tivaouane, une école du nom de CEM Borom Daara Dji qui porte le nom de son père Serigne Mansour, construite par l’Etat, Serigne Djamil Sy y a construit quatre classes supplémentaires sans compter les nombreux dons qu’il y apportait déjà “, renseigne toujours notre source qui a lui-même amené les tables-bancs et les chaises.

Le centre de santé de Sewkhaye offre désormais aux villageois de cette partie du Sénégal un accès plus complet aux soins et un confort aux normes des espaces de santé de niveau 2. Cette importante avancée porte les empreintes de Djamil Sy Mansour, réputé grand cœur et acteur social à Ngoundiane et environs (source : Asfiyahi).

Khombole, Tivaouane et tout le peuple sénégalais ont perdu un grand bienfaiteur, un homme dans l’ombre qui a beaucoup œuvré pour le bien-être des populations sans vanité.

Serigne Moustapha Sy Djamil ibn Serigne Mansour Sy borom Daara Dji, décédé le jeudi 4 février 2021, repose désormais auprès de son père Serigne Cheikh Seydi Mouhamadoul Mansour Sy à Tivaouane.

Que Firdawssi soit leur demeure éternelle (Al Fatiha+41 Ikhlass+Salatoul Fatiha) !

%d blogueurs aiment cette page :