GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Deux ans après son inauguration, le Ter attend toujours son premier passager ! Fanny ARDANT

Inauguré en grande pompe, le 14 janvier 2019, par le chef de l’État Macky Sall, le démarrage opérationnel du Train express régional (TER) n’a toujours pas eu lieu. Malgré les énormes dates retenues par les autorités sénégalaises. 

C’est l’un des projets phares du septennat de Macky Sall. Et voilà que deux ans après sa réception en date le 14 janvier 2019 et plus d’un mois avant la présidentielle pour son voyage inaugural de Dakar-Diamniadio, le Ter n’a toujours pas sifflé un aller-retour. L’exploitation commerciale de cette ligne ferroviaire qui a coûté au Sénégal 656 milliards de F CFA, pour le premier tronçon de 36 km, ne devrait cependant être effective que dans six mois, le temps d’achever l’ensemble des travaux, avait promis le chef de l’État Macky Sall. Annonçant également l’indemnisation les 14. 465 personnes impactées du Ter.

« L’état du Sénégal a déjà consacré un montant de 50 milliards de francs CFA pour leur dédommagement. » D’autres mesures d’accompagnement ont été à ce sujet prises, notamment l’allocation de parcelles pour 2.500 impactés, la construction du nouveau marché moderne de Thiaroye pour 7 milliards de francs CFA et l’octroi d’une enveloppe de plus de 10 milliards francs Cfa supplémentaires pour différentes infrastructures dans les communes traversées par le Ter.

Mais qu’en est-il des promesses d’un président sortant, à plus d’un mois de la tenue de la présidentielle, qui d’alors était candidat à sa propre réélection ? Que nenni ! Au regard de la réalité des choses, en tous cas le démarrage du Ter reste toujours en attente.

Dans un premier temps, le rendez-vous était fixé six mois après sa réception. Par la suite, des essais prévus le 30 novembre 2019 ont été à nouveau renvoyés. Mountaga Sy, le directeur général de l’Apix, expliquait ce retard par la non-livraison des ponts de Guinaw Rail et Fass Mbao. Et pour en finir avec les dates, c’est le ministre Oumar Youm qui confie que le « Ter va rouler finalement en avril 2020. »

Arrivé à la date butoir, c’est Mansour Faye, le nouveau ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, qui prend le relais. Cette fois ci, le beau-frère du président fait savoir aux Sénégalais que la Société nationale de gestion du patrimoine du Train express régional (SEN-TER S.A) est en train de travailler à la mise en exploitation commerciale, au courant de l’année 2021.

A en croire Mansour Faye, le projet, qui comprend huit lots, a connu un taux de réalisation de 95%. La seule difficulté notée sur ce lot 2 est la réalisation des essais dynamiques actuellement conditionnée par deux ouvrages de franchissement, autrement dit les passerelles à réaliser à Thiaroye et à Keur Mbaye Fall et qui seront livrés avant la fin de l’année 2020. Et quant à la mobilité sociale (urbaine), poursuit le ministre, les édifications de passerelles seront respectées au niveau des axes traversés par le TER.

Prions pour que cette année 2021 soit la bonne pour la mise en service de la phase 1 où le TER transportera jusqu’à 115.000 passagers par jour et desservira 13 gares et haltes entre la banlieue de Dakar et la nouvelle ville de Diamniadio. La quatorzième (14ème) gare, celle de l’Aéroport International Blaise Diagne sera desservie à la fin des travaux de la phase 2.

%d blogueurs aiment cette page :