GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Création d’emplois et insertion socio-professionnelle: « Grincements » de dents au guichet unique Thialice SENGHOR

Les structures en charge de la création d’emplois ont été appelées à s’orienter pour répondre à l’appel du chef de l’Etat lors du conseil présidentiel sur l’emploi. Mais, ça ne sent pas bon : des responsables de structure mis à l’écart dans le cadre de la gestion du guichet unique ruent dans les brancards.

Le président de la République, brutalement « réveillé » par la colère des jeunes provoquée selon lui par le manque d’emplois, a décidé de prendre le taureau par les cornes. Dans ses messages à la Nation des 8 mars et 3 avril derniers, il a annoncé une « réorientation » des allocations budgétaires à hauteur de 450 milliards au moins sur trois ans. Ces ressources serviront, selon Macky Sall, « à financer » le Programme d’urgence pour l’emploi et l’insertion socio- économique des jeunes, “xëyu ndaw ñi”.  Pour ce faire, le président de la République a exigé la mise en place d’un guichet « unique » dans les 45 départements du pays pour une meilleure diligence des besoins des jeunes.

Mise à l’écart

Mais le président de la République doit s’y prendre autrement s’il veut que le travail ne soit pas saboté. Selon des sources concordantes bien introduites, il y a déjà des grincements de dents : des responsables de structure devant faire partie de cette opération ont été « mis à l’écart ». Ces responsables dénoncent une manière « maladroite » pour saboter ce programme très cher au président de la République dans le cadre de la recherche de voies et moyens pour aider les jeunes Sénégalais à trouver de l’emploi pour vivre décemment. « Toutes les agences et autres structures en mesure d’entrer dans cet objectif du chef de l’Etat doivent être impliquées. Le chef de l’Etat doit agir au plus vite pour éviter des couacs qui pourraient perturber le travail », soulignent interlocuteurs.

Et de poursuivre : « Il y a des structures qui sont complètement laissées en rade dans le cadre des réunions alors que leur place y est. C’est un sabotage qui va au-delà du manque de respect sur les directives du chef de l’Etat qui tient à ce que ce Programme soit pragmatique, orienté vers l’action et opérationnel de façon diligente à l’échelle nationale ». Pour le guichet unique, des structures comme l’Agence nationale de promotion de l’emploi des jeunes (Anpej), le 3FPT, l’agence de développement et d’encadrement des petites et moyennes entreprises (ADPME), le Fonds de garantie des investissements prioritaires (Fongib), la Délégation à l’entreprenariat rapide (DER), entre autres sont concernées.

Le pouvoir devrait donc prendre au sérieux cette question cruciale de l’emploi pour répondre aux exigences d’inclusion, d’équité territoriale et de justice sociale que le président Macky Sall s’est « toujours fixées », selon ses dires, « comme marqueurs des politiques publiques du fait qu’il veut un Sénégal de tous et un Sénégal pour tous ». Le chef de l’Etat avait déclaré lors de son discours qu’il voulait toucher tous les jeunes du pays. Et il a tenu, selon ses propos, à ce que le processus préparatoire du Conseil soit « inclusif, en partant des réalités de nos terroirs et en associant la jeunesse dans toutes ses composantes : ouvrière, artisanale, paysanne, entrepreneuriale, sportive, artistique, jeunesse des Daaras, du secteur informel, des cultures urbaines et des loisirs ».

%d blogueurs aiment cette page :